Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burkina Faso : quelque 900 caméras de vidéosurveillance contre l'insécurité

Burkina Faso : quelque 900 caméras de vidéosurveillance contre l'insécurité
Des policiers à Ouagadougou, le 3 juillet 2021   -  
Copyright © africanews
OLYMPIA DE MAISMONT/AFP or licensors -

Burkina Faso

Le Burkina Faso, en proie à des violences djihadistes récurrentes, va installer 900 caméras de vidéosurveillance à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, afin de "renforcer la sécurité" des deux grandes villes du pays, a annoncé jeudi le ministre de la Sécurité, Maxime Koné.

Dénommé "Smart Burkina", ce système de vidéoprotection sera déployé sur 220 sites dans la capitale burkinabè et 80 à Bobo-Dioulasso. L'objectif de ce projet financé par un prêt de la Chine : donner aux forces de sécurité "les moyens de pouvoir détecter les zones criminogènes et de suivre les délinquants", a souligné le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré, présent au lancement.

Les deux villes seront ainsi dotées d'un "système de vidéoprotection et d'un système de radiocommunication professionnelle", détaille un communiqué du ministère de la Sécurité. "Smart Burkina" coûtera près de 52 milliards de francs CFA (environ 80 millions d'euros) et sera mis en œuvre par les entreprises chinoises Huawei et la China International Telecommunication Construction Corporation (CITCC).

"Une fois que le projet sera réalisé, la partie burkinabè, en tant que seule bénéficiaire, va gérer de manière indépendante et autonome toutes les données et toutes les installations issues de ce projet", a assuré l'ambassadeur de la Chine au Burkina Faso, Li Jian.

Le Burkina Faso, particulièrement dans les régions du nord et de l'est, est confronté à des attaques djihadistes qui ont fait plus de 1 500 morts et contraint près de 1,5 million de personnes à fuir leur foyer depuis 2015. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises depuis 2016, avec un bilan total de près de 60 morts. La dernière attaque, en mars 2018, avait dévasté l'état-major général des armées, en plein centre-ville.

Voir plus