Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : une trentaine d'élèves toujours manquants à Kaduna

  -  
Copyright © africanews
AP Photo/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Nigéria

Au Nigeria, des parents d’élèves dans l’Etat de Kaduna sont toujours sans nouvelles de leurs enfants. Jeudi soir, des hommes armés ont fait tentative de kidnapping dans un établissement scolaire à Akafa.

Cet enlèvement est la quatrième attaque d'école en moins de trois mois dans le nord-ouest et le centre du Nigeria. Des groupes criminels y ciblent des villages et pratiquent des enlèvements contre rançon depuis une dizaine d'années. Cette fois-ci l’armée nigériane est rapidement intervenue, mais une trentaine d’élèves manquent toujours à l’appel.

Il n'était pour l'heure pas possible de recueillir les témoignages des 180 rescapés, toujours gardés dans un camp militaire proche de l'établissement, autour duquel se pressaient les parents des captifs, espérant obtenir plus d'informations des autorités. "Je suis ici à cause de mes sœurs. Hier, elles se sont perdues. Ils les ont choisies. Elles s'appellent Mary et Jennifer", déclare Debora.

Vendredi après-midi, des forces de sécurité patrouillaient dans les rues de la ville, alors qu’un avion de chasse survolait la zone pour tenter de retrouver les assaillants."L'armée, la police et les autres agences de sécurité travaillent 24h/24. Nous avons également rencontré les parents des élèves concernés et nous les avons informés de ce qui s'est réellement passé. Nous n'avons pas été en mesure de comptabiliser environ 30 étudiants, hommes et femmes", avance Samuel Aruwan, commissaire de l'État de Kaduna pour la Sécurité intérieure et les Affaires intérieures.

Commissaire-Sécurité intérieure @samuelaruwLes troupes ont sauvé 180 personnes, mais une trentaine d'étudiants sont portés disparus. Les familles des étudiants ont été informées de cette urgence sécuritaire.

Multiplication des kidnappings

La localité de Mando est fréquemment la cible de groupes criminels qui multiplient les vols à main armée, en particulier le long de l'autoroute reliant la ville à l'aéroport de Kaduna. En 2020, des groupes criminels ont tué plus de 937 personnes, enlevé 1 972 personnes et volé près de 7 195 têtes de bétail dans le seul Etat de Kaduna, selon les autorités locales. Les autres Etats frontaliers sont également la cible de ces bandes, agissant par appât du gain, et a priori sans motivation idéologique. Ces derniers mois, ces bandits ont multiplié les attaques visant des écoles, provoquant l'émoi dans le monde entier.

Le 26 février, 279 adolescentes avaient été enlevées d'un pensionnat dans l'Etat de Zamfara et libérées cinq jours plus tard. Début décembre, 344 jeunes garçons avaient été enlevés dans un pensionnat à Kankara, dans l'Etat de Katsina, avant d'être relâchés au bout d'une semaine, après des négociations. L'inquiétude est que la multiplication de ces kidnappings n’aggrave encore la déscolarisation, particulièrement des filles, dans ces régions pauvres et rurales qui comptent déjà le plus fort taux d'enfants n'allant pas à l'école du pays.

Face aux enlèvements, de nombreux Etat ont pris la décision de fermer temporairement les pensionnats, et pour certains, comme l'Etat du Niger (centre-ouest), toutes les écoles pour au moins deux semaines. Le président nigérian Muhammadu Buhari est de plus en plus critiqué pour cette insécurité.Jeudi, il a demandé aux responsables de l'armée de frapper "plus fort" pour réprimer la criminalité dans cette région. "Quiconque porte un AK-47 (une kalachnikov) doit être abattu", a-t-il menacé.

L'armée nigériane opère dans ces régions depuis 2016, mais sa priorité reste le nord-est du pays, en proie à une rébellion djihadiste depuis 2009. Ses opérations contre les gangs criminels n'ont pas endigué les attaques.

Voir plus