Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les chercheurs nigérians face à une nouvelle mutation de la Covid-19

A woman wearing a face mask to protect against coronavirus, walks on a street, in Lagos, Nigeria   -  
Copyright © africanews
Sunday Alamba/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved -

Nigéria

Après le Royaume-Uni et l'Afrique du Sud, c'est au Nigéria que des scientifiques ont découverts une nouvelle mutation du virus de la Covid-19. Mais cette variante reste peu connue. Un scientifique nigérian a passé ses vacances dans son laboratoire à faire du séquençage génétique pour en savoir plus sur.

"Les variantes découvertes au Royaume-Uni et en Afrique du Sud sont très différentes de celles découvertes aujourd'hui au Nigéria. Mais comme je l'ai dis, nous n'avons pas beaucoup d'informations sur les séquences du virus parce que nous ne faisons pas ces opérations autant que nous ne le devrions", affirme le Pr. Sunday Omilabu, directeur du Centre pour la virologie humaine et animale à l'université de Lagos.

Plus que la composition du virus, c'est sa transmission qui a évolué. "Nous constatons que dans un certain nombre de familles, nous pouvons parler de 3 à 5 personnes contaminées par un seul transmetteur, contrairement à ce que nous avions en avril et mai, où nous ne voyions pas les gens attraper le virus par un seul individu", poursuit Sunday Omilabu. "Cela nous montre donc que quelque chose se passe, qu'il y a une poussée. Nous l'enregistrons mais nous n'avons pas encore séquencé l'un de ces isolats".

Surveiller et séquencer

Pour le virologite, la réponse doit être double. "Nous devons surveiller le virus, nous devons séquencer. Si nous séquençons, alors nous aurons plus d'informations sur ce qui peut circuler. Puis, bien entendu, nous devons continuer de surveiller. Nous devons observer le niveau d'activité du virus dans l'environnement lorsque nous tombons sur une zone et que nous remarquons le niveau d'activité du virus à cet endroit. Les experts de la santé publique ont du travail à faire et ils peuvent ensuite intervenir, mais le gouvernement doit soutenir tout cela", affirme t-il.

Pour l’heure, aucun lien n’a été établi entre l’accélération des contaminations des dernières semaines et l'apparition de cette nouvelle souche nigériane. Depuis décembre, le pays le plus contaminé d'Afrique de l'Ouest a enregistré 90 080 cas de Covid-19, dont 1 311 morts.

Voir plus