Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Zambie : deux morts dans des manifestations de l'opposition

Hakainde Hichilema   -  
Copyright © africanews
cleared -

Zambie

Deux manifestants ont été tués mercredi à Lusaka en Zambie lors d'un rassemblement d’opposants. Réunies devant le siège de la police pour soutenir Hakainde Hichilema, principal opposant du gouvernement, entendu par les autorités, plusieurs centaines de personnes ont été dispersées par les policiers anti-émeute et leurs gaz lacrymogènes.

Dans le brouillard provoqué par les projectiles, des témoins ont entendus des tirs avant de voir les corps de deux personnes à terre. Le principal opposant du président zambien Edgar Lundu était convoqué par la police pour des raisons encore inconnues.

"Pendant la dispersion au moyen de gaz lacrymogène d'une foule agitée, il a été rapporté que deux personnes ont été tuées par balle dans des circonstances qui restent à établir", a déclaré la police dans un communiqué. Les autorités avaient averti qu'ils traiteraient fermement les soutiens de Hakainde Hichilema. Les opposants avaient de leur côté promis de soutenir leur chef de file.

Leurs noms sont Joseph Kaunda et Nsama Nsama. Souvenez-vous de leurs noms. Nous pleurons avec leurs familles et en tant que pays dans son ensemble. Trop c'est trop!

Accusant des "snipers" d'avoir visé délibérément les deux militants, en les tuant d'une balle en pleine tête, Hakainde Hichilema a affirmé à l'AFP que "le sang de ceux qui ont été tués aujourd'hui est sur les mains de (Edgar) Lungu", le président zambien. Lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, l'opposant a expliqué avoir été interrogé sur l'achat d'une propriété vingt ans plus tôt, au moment d'une vague de soupçons de corruption dans le pays.

À la tête du Parti uni pour le développement national (UPND), Hakainde Hichilema est candidat pour la 6e fois à la prochaine présidentielle, prévue en août 2021. En 2016, le candidat connu sous l’acronyme HH perd le scrutin et passe quatre mois en prison pour trahison après avoir contesté le résultat du scrutin. Pour cette nouvelle élection, il table sur le désenchantement des électeurs envers le président sortant, les divisions internes du parti au pouvoir et sa popularité croissante.

Voir plus