Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RCA : Des réfugiés rentrent au pays pour voter

RCA : Des réfugiés rentrent au pays pour voter
A refugee from the Central African Republic (CAR) receives hand sanitiser before she can get on the bus at a refugee camp in Gado, Cameroon, on December 2, 2020, before return   -  
Copyright © africanews
-/AFP or licensors

République Centrafricaine

Environ 200 Centrafricains rentrent dans leur pays. Craignant pour leur vie lors de l'éruption de nouvelles violences en République centrafricaine en 2016, ils sont nombreux à avoir fui au Cameroun pour se mettre à l'abri.

Olivier Beer, représentant du Haut Commissariat aux Réfugiés au Cameroun, décrit la situation critique que vivent ces réfugiés. "Les gens ne sont pas rapatriés dans des régions qui sont complètement dangereuses, et où leur vie serait en danger demain. C'est pourquoi tout le monde n'est pas encore rentré chez lui. Il y a des gens qui savent très bien qu'ils ne peuvent pas encore rentrer chez eux. Ceux qui rentrent maintenant sont ceux qui vont dans des endroits sûrs".

Pour certains, l'impossibilité de voter le 27 décembre est préoccupante. Yacouba Dialo aimerait pouvoir participer au scrutin qui déterminera l'avenir de son pays d'origine et son possible retour chez lui. "Nous nous sentons exclus du processus électoral parce qu'en 2015, nous avions participé à l'élection. En 2020 aussi, nous voulions participer pour voter. Nous aussi, nous avons notre choix en ce qui concerne l'élection présidentielle en RCA".

De nouveaux affrontements ont éclaté mi-juin 2016 entre l’alliance des ex-seleka et les milices anti-balaka dans le nord-ouest de la République centrafricaine. La reprise des combats a terrorisé près de 30 000 personnes à l’intérieur du pays.

Bien que certains réfugiés centrafricains reviennent, environ 300 000 personnes en âge de voter ne pourront participer aux élections présidentielles du 27 décembre.

Seules quatre candidatures ont été retenues par la Cour constitutionnelle. Parmi les 22 dossiers rejetés, l’ancien président centrafricain François Bozizé, chef de l'Etat de 2003 à 2013.

Voir plus