Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sommet Russie-Afrique : Moscou veut étendre son influence sur le continent

Sommet Russie-Afrique : Moscou veut étendre son influence sur le continent

Afrique

Le président Vladimir Poutine a accueilli ce mercredi 23 octobre des dizaines de dirigeants africains pour le premier sommet Russie-Afrique, alors que Moscou cherche à accroître son influence sur un continent où l’Occident et la Chine ont un pied ferme.

L‘événement de deux jours à la station balnéaire de la mer Noire à Sotchi verra plus de 3.000 délégués préparer des accords et discuter de sujets allant de la technologie nucléaire à l’extraction minière.

Le président russe Vladimir Poutine a ouvert le sommet à 8h00 GMT aux côtés de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sisi, l’actuel chef de l’Union africaine et invité d’honneur de l‘événement.

Les 54 États africains enverront tous un représentant, a déclaré le conseiller du Kremlin Yuri Ushakov. De ce nombre, 43 seront des chefs d‘État ou de gouvernement.

Les dirigeants d’anciens États clients soviétiques tels que l’Angola et l‘Éthiopie sont présents au sommet, ainsi que des représentants de pays où l’engagement de Moscou a toujours été faible, comme le Nigeria et le Ghana.

La Côte d’Ivoire, qui a eu peu d’interactions avec la Russie, devait envoyer une délégation de 70 personnes, dont son président, en vue de signer un éventuel accord de coopération militaire.

Moscou veut aussi accroître son influence sur le continent

Moscou a joué un rôle crucial sur le continent à l‘époque soviétique en soutenant les mouvements indépendantistes et en formant une génération de dirigeants africains.

Mais ses liens avec l’Afrique ont décliné avec l’effondrement de l’Union soviétique en 1991 et, ces dernières années, la Chine est devenue une puissance étrangère de premier plan sur le continent, forçant la Russie à combler son retard. Le sommet s’inspire à bien des égards du plan de jeu de la Chine. Pour étendre son influence, Beijing a lancé en 2000 le Forum sur la coopération sino-africaine et a versé des dizaines de milliards de dollars sur le continent. La Russie ne peut égaler la puissance économique de la Chine, mais, comme Beijing, elle est prête à soutenir les dirigeants africains dont les antécédents en matière de droits prêtent à controverse en échange de l’accès aux richesses du continent.

Le sommet intervient un jour après que Poutine a accueilli le président turc Recep Tayyip Erdogan pour des pourparlers sur la Syrie, alors que Moscou continue d’exercer son influence dans ce pays déchiré par la guerre et dans le Moyen-Orient élargi. M. Poutine a programmé 13 réunions bilatérales avec les dirigeants africains en vue d‘étendre l’influence du Kremlin.

Vladimir Poutine, qui est au pouvoir depuis 20 ans, ne s’est jamais rendu en Afrique du Sud qu’en Afrique subsaharienne, préférant accueillir en Russie des dirigeants du continent.

“Nous préparons et réalisons des projets d’investissement avec la participation russe qui valent des milliards de dollars”, a déclaré le président russe dans une interview publiée lundi par l’agence de presse officielle TASS.

Au milieu d’une économie stagnante et après cinq ans de sanctions occidentales, Moscou cherche à la fois des alliés et une opportunité pour stimuler la croissance. En 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Afrique s‘élevaient à 20 milliards de dollars, soit moins de la moitié de ceux de la France avec le continent, et dix fois moins que ceux de la Chine. Ce n’est qu’en termes de ventes d’armes que la Russie est en tête du peloton en Afrique. Pour inverser la tendance, Poutine a promis une coopération sans ingérence “politique ou autre”, au moment où certains en Afrique commencent à s’inquiéter de la dépendance des Etats vis-à-vis de la Chine.

Mais Moscou a encore un moyen de concurrencer la Chine ou l’Occident.
“La Russie n’est pas l’Union soviétique, elle manque des ressources, de l’idéologie et de l’attrait de son prédécesseur”, a déclaré Paul Stronsky du Centre Carnegie à Moscou.