Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Corruption : le Kenya avertit ses hauts responsables

Corruption : le Kenya avertit ses hauts responsables

Kenya

Le Kenya, classé parmi les pays les plus corrompus au monde selon l’indice de perception de la corruption 2018 publié par Transparency International, déclare la guerre à certains de ses plus hauts responsables gouvernementaux.

Les accusations de corruption portées contre Henry Kiplagat Rotich, le secrétaire de cabinet au trésor ont choqué au plus haut point. L’Etat a clairement fait savoir que les choses ne se passeront plus comme avant.

Depuis, Rotich a été remplacé par le ministre du travail, Ukur Yatani Kanacho, qui a assumé les responsabilités financières à titre intérimaire.

Ce qui est clair pour tous les observateurs, c'est que le président semble désormais très déterminé à faire en sorte que les cas de corruption soient réglés avec fermeté et en conformité avec la loi.

“La guerre actuelle contre la corruption ne vise pas les individus d’une tribu particulière. Elle vise les individus contre lesquels des preuves suffisantes rassemblées par le Procureur général justifient des poursuites pour des questions d’approvisionnement et pour avoir enfreint les directives de gestion des finances au sein de la loi sur la gestion des finances publiques “. À déclaré Javas Bigambo, un analyste politique.

Le parquet général du Kenya a ordonné l’arrestation de 28 personnes, les accusant d’avoir joué un rôle crucial dans le scandale qui a fait tomber l’ancien ministre des Finances et dont le montant est s‘élève à plusieurs millions de dollars.

Parmi eux, le gouverneur du comté de Kiambu, Ferdinand Waititu, et son épouse Susan Ndung’u, accusés d’avoir détourné les fonds du comté à hauteur d’environ 5,8 millions de dollars.

“Il faut voir que toute personne inculpée de corruption, est accusée de corruption et que les mesures appropriées en vertu de la loi doivent être prises de manière à ne pas laisser voir ou imaginer que les personnes haut placées au gouvernement seront toujours épargnés chaque fois qu’ils sont inculpés pour corruption “. Ajoute l’analyste politique.

La corruption est un problème majeur au Kenya qui a obtenu un 27, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 43, mais avec une amélioration par rapport au classement de l’année dernière où son score était de 26 (selon l’indice de perception de la corruption 2018 publié récemment par Transparency International). Dans la liste des 180 pays du monde, le Kenya s’est classé à la 144e place, à égalité avec le Nigeria, qui avait un score similaire en 2017.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les Kényans versent en moyenne 16 pots-de-vin par mois.

Jusqu‘à présent, des politiciens et des représentants du gouvernement été traduits devant des tribunaux, mais aucun d’entre eux n’a été inculpé pour fraudes.

AP

Voir plus