Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Congo : "l’accord avec le FMI n’est pas une panacée" (Premier ministre)

Congo : "l’accord avec le FMI n’est pas une panacée" (Premier ministre)

Congo

L’accord avec le Fonds monétaire international (FMI) prévoyant le versement au Congo-Brazzaville de 448,6 millions de dollars “n’est pas une panacée ou une solution à tous les problèmes, mais un début de solution”, a indiqué jeudi son Premier Ministre Clément Mouamba.

“Cet accord n’est qu’un début de bonnes solutions aux problèmes que connaît le pays. Il n’est pas une panacée, mais le moindre mal”, a déclaré M. Mouamba qui animait une conférence en présence de plusieurs membres de son gouvernement.

Dès la signature de l’accord, 25 milliards de FCFA (38 millions d’euros) ont été débloqués par le FMI sur les 249 milliards de FCFA (379 millions d’euros) prévus.

“Ce premier montant décaissé est une mise en bouche. Au moins 80% serviront à soutenir les secteurs comme la santé et l’éducation”, a expliqué M. Mouamba. Le reste du crédit sera versé sur trois ans à condition que le Congo respecte les mesures dictées.

“Au total 48 mesures à mettre en œuvre en moins d’un an

“Il y a au total 48 mesures à mettre en œuvre jusqu’en mars 2020. Si elles ne sont pas mises (en oeuvre) à bonne date, le programme ne sera pas performant”, a prévenu le Premier Ministre pour qui “il est exigeant, mais différent des programmes d’ajustement structurels”.

“L’intérêt du programme (avec le Fonds) est de ramener la dette à 70% du PIB en trois ans”, a-t-il encore expliqué.

La dette du Congo est estimée à 5.580 milliards de FCFA (plus de 8 milliards d’euros), représentant 117% du PIB selon le FMI.
“Dans cette dette il y a beaucoup d’inconnues. Elle doit être auditée”, a dit M. Mouamba.

Avec le FMI les négociations avaient été ralenties par le fait que les autorités du Congo-Brazzaville avaient caché une partie de la dette publique du pays. Autre difficulté et autre singularité: la Chine détient un tiers de la dette externe.

Très classiquement, le programme “d’extension des facilités de crédit” veut aider Brazzaville à “restaurer sa stabilité macroéconomique”, en préservant “le caractère soutenable de la dette”.

AFP

Voir plus