Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ouganda : arrestations dans l'affaire des "soins miracles" à l'eau de javel

Ouganda : arrestations dans l'affaire des "soins miracles" à l'eau de javel

Ouganda

La police ougandaise a mis la main sur un Britannique dont le réseau affirmait être capable de soigner le paludisme et d’autres maladies avec un “remède miracle” essentiellement composé d’eau de javel à usage industriel.

Sam Little, originaire d’Arlesey, en Grande-Bretagne, a été arrêté aux premières heures du jeudi dans le village de Kitembi, à quelques kilomètres de Fort Portal, dans l’ouest de l’Ouganda. La police ougandaise a également interpellé deux Ougandais soupçonnés d’appartenir à un réseau utilisant de l’eau de javel pour la “guérison” de patients.

Selon la police qui a confirmé leur arrestation, les trois hommes sont accusés “d’avoir intoxiqué le public avec un produit chimique appelé solution minérale miracle (MMS), qui est en réalité le dioxyde de chlore”.

L’histoire révélée il y a cinq jours par le média britannique The Guardian avait surpris les autorités ougandaises qui ont assuré n’en avoir jamais entendu parlé. Elle mettait notamment à nu les activités d’un réseau dirigé par un pasteur américain, Robert Baldwin. De l’aveu même de ce pasteur, le réseau distribuait chaque mois son “remède miracle” à environ 50 000 Ougandais dans des régions pauvres du pays.

À la suite de la publication du Guardian, le gouvernement américain a averti sur la nocivité de la substance distribuée par le pasteur, la qualifiant “d’extrêmement dangereuse” et ne permettant “de guérir aucune maladie”.

>>> LIRE AUSSI : En Ouganda, un pasteur américain prétend soigner les malades à l’eau de javel

Le pasteur américain toujours en liberté

Sam Little, le Britannique arrêté jeudi en avait pourtant fait l‘éloge sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo, il affirmait qu’un test mené sur neuf patients ougandais dans un petit hôpital était à même de prouver que la mixture pouvait guérir le paludisme en deux heures.

Lors de son entrevue avec la police, il a toutefois assuré qu’il ne faisait plus partie du réseau et qu’il était juste un donateur à l’organisation du pasteur Baldwin. “Ce qu’il fait avec cet argent n’est pas de ma responsabilité”, a-t-il déclaré comme le rapporte The Guardian.

Pour l’heure, la police ougandaise n’a fait aucun commentaire sur le sort réservé au pasteur américain. Elle a toutefois indiqué que des saisies ont été faites et que des enquêtes étaient en cours. La police a par ailleurs lancé un appel aux Ougandais : “Nous invitons vivement le grand public, et en particulier la communauté chrétienne, à faire preuve de prudence et à signaler toute activité suspecte conforme à ce qui précède, et exhortons les victimes à venir aider la police dans ses enquêtes.”

Voir plus