Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Cette décision qui pourrait coûter cher au football nigérian

Nigéria

La crise au sommet du football nigérian a pris un nouveau tournant, conduisant à la suspension du championnat local par la Ligue de football professionnel.

La Coupe du monde n’aura été qu’un simple break. À peine la page russe fermée, la crise qui couvait au sommet du football nigérian a pris une nouvelle tournure ces derniers jours. Et cette fois, c’est le championnat local qui subit les conséquences de la guerre à la tête de la Fédération (NFF). Alors qu’il devait reprendre ce mercredi après un mois de pause, la Ligue Professionnelle a décidé de sa suspension indéfinie à cause du conflit institutionnel en cours. « La décision est basée sur les circonstances défavorables actuelles dans l’administration du football du pays à la suite de laquelle les sponsors, les partenaires et les fournisseurs de services ont exprimé de fortes préoccupations et examinent leur implication dans la ligue, a soutenu l’instance dans un communiqué. Il est donc nécessaire de les engager davantage à cet égard afin d’atténuer tout résultat négatif possible. En outre, l’organisation de matches du NPFL dans les circonstances actuelles pourrait causer des dommages irréversibles à la marque de la ligue », poursuit le document.

La NFF s’expose à des sanctions de la FIFA

Les sponsors, les partenaires et les fournisseurs de services ont exprimé de fortes préoccupations et examinent leur implication dans la ligue.

À l’origine, une élection controversée et une décision de justice contestée. Le bras de fer remonte à 2014 et oppose l’ancien président déchu de la NFF Chris Giwa à son successeur élu Amaju Pinnick. Ce dernier a vu son élection annulée par une décision de justice, car la Haute cour fédérale avait interdit la tenue de l’assemblée générale qui l’avait porté à la tête de l’instance fédérale le 20 septembre 2014. Une procédure annulée trois jours plus tard même la même Haute cour fédérale. Mais Amaju Pinnick est malgré tout resté à la tête de la Fédération avant que l’application d’un nouveau jugeant de la Cour suprême datant du 27 avril 2018 n’oblige le ministre des Sports à rétablir Chris Biwa qui a été réinstallé sur le fauteuil fédéral le 2 juillet dernier par le ministre des Sports, Solomon Dalung. Un acte qui risque de coûter très cher au football nigérian qui s’expose à des sanctions de la FIFA au nom du principe de non-ingérence des États.

Voir plus