Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Guinée Equatoriale : des partisans de l'opposition toujours emprisonnés

Guinée Equatoriale : des partisans de l'opposition toujours emprisonnés
Le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, prononce un discours devant les chefs d'État et les membres du public, le 14 septembre 2019.   -  
Copyright © africanews
TONY KARUMBA/AFP or licensors -

Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a annoncé ce mercredi qu'une cinquantaine de partisans du parti d'opposition Citoyens pour l'innovation (CI) ont été détenus et mis au secret depuis jeudi dernier, dont son leader, Gabriel Nsé Obiang. Des chiffres que le parti n'a pas été en mesure de confirmer.

Le secrétaire général du ministère de la Sécurité, Santiago Edu Asama Nchama, a déclaré à la chaîne de télévision publique TVGE que "53 ou 55" personnes sont toujours en détention. Ils doivent faire des déclarations aujourd'hui avant d'être mises "à la disposition des tribunaux".

Cependant, un membre de l'exécutif national du parti, qui a souhaité rester anonyme, a déclaré à Efe depuis la capitale, Malabo, qu'ils ne savent pas exactement combien de militants sont encore en état d'arrestation. "Nous ne pouvons pas savoir exactement combien de personnes sont encore à l'intérieur (...). Nous essayons de le découvrir, mais c'est difficile parce que nous sommes nous-mêmes en train de nous cacher", a -t-il précisé.

Les forces de sécurité ont entamé un siège policier du siège de CI à Malabo le 25 septembre et ont effectué un raid sur les locaux jeudi. Cela a conduit à l'arrestation de toutes les personnes à l'intérieur.

Lors de cette opération, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et au moins un officier a été tué "par des coups de feu tirés par un partisan de (Nsé) Obiang" tandis que seize autres ont été blessés, selon la télévision d'État.

Selon la source de l'IC, une cinquantaine de civils ont également été blessés et beaucoup d'entre eux "sont toujours en prison sans traitement".

Bien que la source ait confirmé le bilan officiel de quatre civils, elle a souligné qu'ils n'ont pas été tués par des gaz lacrymogènes, comme l'a rapporté TVGE, mais par des coups de feu.

Planification d'émeutes

Le vice-président du pays, Teodoro Nguema Obiang - connu sous le nom de "Teodorin" et fils du président, Teodoro Obiang - a déclaré aujourd'hui que des "armes à feu et des armes blanches" avaient été trouvées dans le quartier général. Il a partagé les images diffusées par la télévision d'État où l'on pouvait voir des machettes, des barres métalliques et un fusil de chasse, entre autres objets.

Sur son compte Twitter, le vice-président a également affirmé que le leader de l'IC "avait l'intention de semer la terreur dans le pays, tout comme les groupes terroristes", mais n'a fourni aucune preuve à l'appui de cette affirmation.

L'exécutif national de CI a assuré qu'"il n'y a jamais eu d'armes dans le quartier général", bien qu'il y ait eu quelques matériaux de construction, comme du bois et des clous, avec lesquels les sympathisants auraient pu "construire des armes à l'époque pour se défendre".

Selon Arístides José Edjang, président du Conseil économique et de la transparence du parti, quelque 300 personnes se trouvaient dans le bâtiment au moment de l'agression, tandis que le membre de l'exécutif national estime que plus de 100 personnes ont été libérées dans la nuit de lundi à mardi.

La source de CI ne sait pas si des charges ont été retenues contre ses collègues mais, selon Edjang, ils ont été officieusement accusés de planifier des émeutes contre des stations-service et des ambassades étrangères en Guinée équatoriale.

Ces derniers jours, les membres du parti ont rencontré des représentants des ambassades d'Espagne, des États-Unis et du Portugal, a ajouté le dirigeant sous couvert d'anonymat.

CI a été interdit par une décision de justice en 2018. son leader affirme néanmoins qu'il a été "légalisé" à nouveau cette année-là par une amnistie générale décrétée par le gouvernement pour les prisonniers politiques. Les autorités équatoguinéennes le contestent.

Sixième mandat

Lors des élections législatives de 2017, CI a été le seul parti d'opposition à obtenir un siège à la Chambre des députés (chambre basse), bien que ce député ait été condamné lors du procès de 2018. Le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE) au pouvoir contrôle pour sa part 99 des 100 sièges de la chambre.

Lors de la dernière élection présidentielle, qui s'est tenue en 2016, Teodoro Obiang, 80 ans, a été réélu avec un peu plus de 95 % des voix. Un résultat entaché d'allégations de fraude par l'opposition et la communauté internationale.

Teodoro Obiang, qui dirige le pays depuis 1979, ce qui fait de lui le président le plus ancien du monde, a annoncé sa candidature en septembre dernier. Il briguera un sixième mandat lors des élections du 20 novembre.

Depuis son indépendance de l'Espagne en 1968, la Guinée équatoriale est considérée par les organisations de défense des droits de l'homme comme l'un des pays les plus corrompus et les plus répressifs au monde.

Voir plus