Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burkina Faso : convoi de Djibo, les rescapés témoignent

Le chauffeur routier regardant les images de l'attaque sur son téléphone portable   -  
Copyright © africanews
cleared -

Burkina Faso

Aziz, c’est ainsi que nous avons décidé d'appeler pour sa sécurité, le chauffeur routier était au volant de son camion chargé de riz et de sorgho à l'arrière de ce convoi de 207 véhicules, sécurisé par des soldats, quand les tirs ont crépité. Il livre le récit du drame de ce convoi de véhicules de ravitaillement parti de Ouagadougou pour Djibo, dans la province du Soum dans le nord du Burkina Faso, sous blocus djihadiste depuis 7 mois.

Mais il n'arrivera pas à bon port. La faute aux djihadistes qui l'ont attaqué le 26 septembre à Gaskindé. L'attaque revendiquée par Al-Qaïda, a officiellement fait 37 victimes, dont 27 militaires.

" Nous allons, notre travail, nous allons aider les gens de Djibo, par exemple si je n'y vais pas, si mon frère n'y va pas, qui ira à Djibo ? Personne. Et nous devons prendre la route, tout le temps, si nous n'y allons pas, que vont faire les gens ? Ils souffrent, c'est ça qui est décourageant, la route de Djibo, on y va quand même.", explique le chauffeur.

Au moins 70 conducteurs de camions sont toujours portés disparus, selon leur syndicat qui juge les dispositions sécuritaires mises en place insuffisantes.

"A un moment donné, on a vu que c'était sauve qui peut, ceux qui étaient censés nous assurer la sécurité, eh bien, c'était la débandade. Tout le monde se cherchait, bon, vraiment, on était sous la couverture des militaires mais si eux-mêmes se sauvaient, bon. Donc vous devez comprendre ça. Ils n'avaient pas le bon équipement pour nous sauver, donc on se pose vraiment beaucoup de questions."; a déclaré Rabo Brahima, président de l'Union des chauffeurs routiers du Burkina.

Djibo est au bord de la famine. Le sort des 300 000 habitants de la localité inquiète.

"J'appelle ça l'axe de la mort, parce que c'est un axe qui est entièrement contrôlé par les ATG (Groupes Armés Terroristes), de Kongoussi, Bourzanga, Djibo est entièrement contrôlé par les ATG. Donc envoyer une telle escorte avec un grand nombre de camions à Djibo, c'était effectivement un risque élevé, c'était envoyer les hommes à l'abattoir.", expliqueMahamoudou Sawadogo, consultant en sécurité.

En fin de convoi, Aziz, apeuré, fait demi-tour et rallie la première ville. Un autre chauffeur, en tête de convoi, n'a pas eu cette chance.

Voir plus