Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : une laiterie sauve des ânes victimes de trafic

Le toiletteur Mussa Labson, 27 ans, à la ferme laitière pour ânes de Magaliesburg, le 13 juin 2022   -  
Copyright © africanews
MARCO LONGARI/AFP or licensors -

Afrique du Sud

Dans la petite ville de Magaliesburg, située l’ouest de Johannesbourg, se trouve la ferme de Jesse Christelis. Ce Sud-Africain mène un combat pour sauver les ânes, dont le nombre est en baisse. Il est passé de 210.000 en 1996 à 146.000 en 2019. Leur peau, utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise, est au cœur d’un trafic mondial.

"En Afrique du Sud, nous avons assisté à un déclin rapide de la population d'ânes en raison du braconnage qui alimente ce commerce illégal en Chine. On pense qu'en Chine, si vous mangez de la peau d'âne, bouillie d'une certaine manière, elle a des effets bénéfiques sur la santé, très similaires à ceux que l'on trouve dans la corne de rhinocéros", explique le jeune fermier.

Au total, Jesse possède 116 ânes dans sa ferme.

"Dans notre ferme, nous nous sommes attachés à rechercher les ânes qui ont été placés dans des zones pauvres et à les racheter. Et nous participons souvent à de nombreuses ventes aux enchères, qu'il s'agisse d'une vente en ligne ou d'une vente physique, afin de surenchérir sur les acheteurs de peaux d'ânes qui approvisionnent le marché."

La diminution du nombre d’ânes a fait monter leur prix en flèche. Alors qu’un âne pouvait rapporter environ 30 dollars aux enchères il y a cinq ans, aujourd'hui, il coûte environ 125 dollars.

"Nous avons constaté, vous savez, une augmentation rapide du prix des ânes depuis que le commerce des peaux d'ânes a touché l'Afrique du Sud, alors que les prix étaient assez bas il y a environ cinq ans, ils ont été multipliés par cinq ou six. Et souvent, les ânes que nous trouvons ne sont pas en bonne condition, leur poids est faible où ils ont une charge parasitaire élevée".

La baisse du nombre d’ânes en Afrique du Sud est également une menace pour les entreprises qui fabriquent des savons et des crèmes à partir du lait d'ânesse, prisé pour ses propriétés antioxydantes, antimicrobiennes et antidiabétiques.

Voir plus