Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : à la découverte de Nabeul, le gouvernorat parfumeur

Entre cueillette et distillation, de fleurs d'oranger, néroli, géranium et de roses, les Nabeuliens perpétuent le savoir-faire de leurs ancêtres et honorent la tradition.   -  
Copyright © africanews
Anadolu -

Tunisie

Une exposition met en valeur les eaux florales, pure production de Nabeul, ville du nord-est de la Tunisie. Sur ce feu, une cuve cylindrique ou reposent soigneusement des fleurs qui seront transformées goutte à goutte en eau florale par évaporation artisanale.

La cueillette des fleurs se fait au début du mois d'avril le long des maisons ornées de bigaradiers, ces orangers sauvages, pour les distiller selon une vieille tradition transmise de génération en génération aux habitants de Nabeul. Raja Bousmina est une habituée de la foire annuelle des eaux florales.

"Nous célébrons tous la période de la distillation, nous nous mettons d'abord, hommes et femmes, à cueillir les fleurs des orangers sauvages dans les quartiers pour faire le tri avant de passer à l'étape de la distillation artisanale" souligne Raja Bousmina. 

Connue comme excellent remède contre la fièvre, l'eau de fleur d'oranger a également des propriétés relaxantes et apaisantes. Au milieu des "Fechka", ces bouteilles en verre au corps bombé et au col très étroit, Raja, devant son distillateur traditionnel, partage son savoir-faire.

"Une fois que le Zahr est prêt, vient le tour du géranium, nous prenons la plante en entier, feuilles et rameaux, pour en faire des bouquets que nous mettons ensuite dans la cuve du distillateur, avec deux bouquets, nous pouvons avoir une Fechka bien remplie" .

L'entreprise de Raja produit entre 2 000 et 4 000 litres d'eaux florales par an. Le litre d'eau de géranium par exemple, se vend à 3,27 dollars.

Une entreprise fructueuse grâce à ces eaux convoitées dans le monde entier par de grands créateurs de parfums, dont Givenchy et Chanel.

Voir plus