Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les juifs marocains célèbrent leurs saints à Meknès

Un membre de la communauté juive devant des tombes alors qu'il observe la Hillula dans un cimetière juif de la ville de Meknès, dans le nord du Maroc, le 18 mai 2022.   -  
Copyright © africanews
FADEL SENNA/AFP or licensors -

Maroc

Le cimetière juif de Meknès au Maroc, fait peau neuve. Sa réhabilitation a permis de sauvegarder 170 tombes. Initiée par le roi Mohamed VI, elle est perçue par les juifs comme la reconnaissance de leur communauté, mieux un gage du caractère cosmopolite de la ville Meknès.

" Habiter à Mèknes... Vive Mèknes, vive le voisinage, vive la population... Aujourd'hui, c'est émouvant, et dans ce contexte-là, on aimerait souhaiter à tout le monde que cette coexistence continue.". explique le rabbin Nidam, juif israélien. 

Pour les juifs, il est  impérieux de promouvoir leur histoire dans le pays.

"Aujourd'hui, c'est spécial, parce que on voulait rehausser ce tableau pour faire connaître à la jeunesse l'histoire. Et comme Meknès est une ville qui est au centre du Maroc, il y'a eu pas mal de rabbins, il faut le faire savoir, parce que sinon, les gens ignorent qu'il y'a un cimetière." a déclaré Yosef Israël, Juge Rabbin au Tribunal de Première Instance de Casablanca.

Et c’est dans ce cimetière que la communauté a célébré jeudi la "Hillula des Tsadikim de meknès, après 60 ans de passage à vide. L’événement a réuni environ 500 personnes. Occasion pour ces hommes d’entrer en communion .

"C'est ce qu'on fait cette année, on fait une hiloula, c'est à dire on honore nos saints, ce qui n'a pas été fait depuis à peu près 70 ans, c'est une manifestation qu'on va, et j'espère, tout à l'heure, fêter, dans la liaise, la ferveur et dans la piété.", a souligné Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés juives du Maroc.

Cette célébration intervient quelques mois après la normalisation des relations entre Israël et le Maroc. Un retour aux meilleurs sentiments qui est loin d’être une mauvaise chose pour les Juifs marocains.

Voir plus