Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : un Noël terne pour des déplacés "oubliés" du Nyiragongo

Distribution de repas dans un camp des déplacés du volcan près de Goma en RDC à Noël   -  
Copyright © africanews
cleared -

République démocratique du Congo

Messe de Noël à Kibati, à 15 kilomètres de Goma, la capitale du Nord-Kivu, en RDC. Parmi les fidèles des victimes de l’éruption du volcan Nyiragongo, le 22 mai. Des hommes, des enfants et des femmes qui vivent désormais loin de leurs habitations, dans le dénuement total. La larve ayant scellé leur sort.

Une messe pour trouver un peu de réconfort face à cette rude épreuve, c’est le sentiment partagé par ses déplacés du Nyiragongo, pendant le réveillon de la nativité.

" Nous vivons dans une situation vraiment pourrie, mais malgré cela, nous nous sommes réunis pour participer à la messe ici avec d'autres enfants, car Noël est un grand jour et les enfants aiment participer à la messe. Mais malheureusement, nous sommes contrariés de ne pas avoir pu trouver quelque chose à offrir aux enfants.", explique Eric Kitalyaboshi, qui vit dans un camp des déplacés du volcan.

La magie de Noel opère. Des volontaires viennent en aide aux enfants. Un petit geste de cœur le jour de la naissance du christ, suffisant pour redonner le sourire.

" Nous avons souffert de la faim, mais aujourd'hui, nous sommes si heureux de voir ces jeunes apporter une fête pour les enfants. C'est une joie. Regardez, nous mangeons et nous sommes ravis !", souligne Katungu Moloveria, une des femmes du camp des victimes du Nyiragongo.

C’est une association locale qui était à leur chevet. Ses acteurs tirent la sonnette d’alarme sur les conditions de vie de ces infortunés.

"Ce sont les victimes qui sont parmi les plus oubliées, qui ne sont pas dans les camps officiels et qui ne sont pas prises en charge. Nous avons remarqué qu'il y avait des sinistrés dans notre région qui n'ont pas d'eau et qui n'ont pas accès à l'aide humanitaire et qui vivent dans une situation difficile, alors nous nous sommes dit que nous pouvions organiser une fête de Noël ensemble pour enfin appeler le monde de Goma à fixer son regard vers les plus oubliés…", explique Jasette Maarifa, un des volontaires de Goma.

Des dizaines de milliers de familles qui vivent encore ces camps de fortunes, attendent la matérialisation des promesses faites aux premières heures de l’éruption du Nyiragongo. C’était, il y a tout juste, 7 mois.

Voir plus