Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : la petite musique du vendeur de glaces à Soweto

Ce camion de glaces qui sillonne les rues de Soweto depuis 1977   -  
Copyright © africanews
cleared -

Afrique du Sud

Dans les rues du célèbre township sud-africain, la petite musique du vendeur de glaces attire une traînée d'enfants hilares: depuis 45 ans, Sipho Mtshali promène à Soweto sa camionnette sans âge qui a connu l'apartheid, les émeutes et la libération.

Depuis 1977, il travaille du "lundi au lundi": "Je me repose bien assez quand il fait froid". Au volant de son camion aux inscriptions délavées, ce père tranquille de 63 ans sillonne les rues en pente de ce quartier symbolique de la lutte anti-apartheid, où a vécu l'icône Nelson Mandela.

Mais lui ne fait pas de politique. Il regarde "les gens grandir depuis son camion à glace" et constate simplement que "sous l'apartheid, les glaces n'étaient pas si chères".

Pour 50 centimes ou un euro, il vend des douceurs vanille-fraise, pas d'autre choix, différentes garnitures, et se souvient des visages de ceux qui ont grandi au fil du temps et des passages de son camion.

"Ils étaient jeunes quand j'ai commencé", dit-il, servant certains clients directement par la fenêtre de leur voiture. "Aujourd'hui ils peuvent dire à leurs enfants qu'ils mangeaient déjà des glaces chez moi quand ils avaient leur âge".

Sous un éclatant soleil d'été autral, il avance tout doux entre les "matchboxes" (boîtes d'allumettes), ces petites maisons sans confort et toutes strictement identiques, construites par l'apartheid pour héberger la main d'œuvre noire dans les South-Western-Townships (Soweto), nom collectif donné aux vastes réservoirs de bras cantonnés à la périphérie de Johannesburg.

Et ce n'est qu'en fin d'après-midi qu'il coupe la machine à glace italienne et remet une dernière fois le moteur en route: "C'est l'un ou l'autre" explique-t-il, pas assez de jus pour les deux en même temps.

"Je ferai ce métier aussi longtemps que je serai en vie", dit le natif du quartier, conscient du privilège de distribuer ainsi de la joie. "Tout le monde est content avec une glace".

Voir plus