Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : 6 rebelles et 3 soldats morts dans une attaque à Bukavu

RDC : 6 rebelles et 3 soldats morts dans une attaque à Bukavu
Des soldats congolais dans le Nord-Kivu, dans le nord-est de la RDC, le 10 mai 2021   -  
Copyright © africanews
ALEXIS HUGUET/AFP or licensors -

République démocratique du Congo

Une incursion spectaculaire d'hommes armés dans la nuit de mardi à mercredi à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait au moins six morts parmi les assaillants et trois chez les forces de sécurité, qui ont capturé 36 de ces mystérieux rebelles.

Divers groupes armés sévissent depuis plus de 25 ans dans cette province, frontalière du Rwanda et du Burundi, mais sa capitale Bukavu, dont la population est estimée à plus d'un million d'habitants, n'avait pas connu une telle attaque en pleine ville depuis des années. La ville a été réveillée vers 1h du matin par des tirs d'armes légères et lourdes entendus dans plusieurs quartiers, qui ne se sont complètement arrêtés qu'en milieu de matinée.

Selon le général Bob Kilubi Ngoy, commandant de la 33e région militaire, les assaillants appartiendraient à un groupe armé dénommé "CPC64", inconnu jusqu'alors, et seraient venus dans Bukavu pour libérer certains des leurs, arrêtés il y a quelques jours. "Ils sont arrivés dans le quartier industriel (...) ils tiraient et chantaient pour dire qu'ils voulaient libérer le pays (...)".

Attaque de camp militaire

Selon lui, ils ont tenté d'attaquer un camp militaire pour y dérober des munitions mais ont été repoussés. Ils ont aussi essayé de se rendre dans le centre-ville mais ont également été bloqués. "Ils voulaient à tout prix libérer ceux des leurs qui ont été arrêtés par la police", a assuré le général. "Il faisait nuit, nous avons préféré les contenir pour éviter trop de casse", a-t-il ajouté, expliquant que le projet de l'armée était de "les prendre en tenaille" au lever du jour.

A la mi-journée, le gouverneur du Sud-Kivu, Theo Ngwabidje Kasi, a dressé un bilan des combats consécutifs à cette incursion, en montrant à la presse et aux membres du conseil provincial de sécurité une trentaine d'hommes présentés comme des rebelles arrêtés, jeunes pour la plupart, pieds nus et habillés de vêtements civils.

"Vraie identité" des assaillants

"La ville de Bukavu a été attaquée (...) par des assaillants qui ont pris pour cible plusieurs commissariats de la police", a déclaré le gouverneur de province. "Les Forces armées de RDC et la police ont dans cette opération tué six assaillants, blessé quatre autres, capturé 36 et récupéré 14 armes. Nous avons aussi malheureusement perdu trois de nos agents de l'ordre", a-t-il ajouté. "La situation est sous contrôle", a assuré le gouverneur, qui n'a pas précisé qui étaient ces rebelles. "Les enquêtes nous diront la vraie identité de ces assaillants", a-t-il simplement déclaré.

A Kinshasa, lors de son point de presse habituel, le porte-parole de la force de l'ONU déployée en RDC (MONUSCO) a précisé que celle-ci était "en contact étroit" avec les autorités du Sud-Kivu. "Des patrouilles de longue portée ont été lancées sur les trois principaux axes en périphérie de la ville, notamment vers Walungu, Kavumu et Nyangezi", a déclaré le porte-parole, Mathias Gillmann.

Restés pour la plupart calfeutrés chez eux dans la matinée, les habitants de Bukavu reprenaient peu à peu leurs activités au fil de la journée, tandis que les forces de sécurité procédaient en ville à des contrôles de véhicules et d'identité. A la différence des provinces voisines du Nord-Kivu et de l'Ituri, le Sud-Kivu n'est pas en état de siège, une mesure prise début mai par le gouvernement pour tenter de mettre fin aux violences des groupes armés dans ces régions de l'est du pays.

Voir plus