Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya : fin des subventions, le prix du carburant grimpe à la pompe

Un parc de Bus à Nairobi, Septembre 2021   -  
Copyright © africanews
SIMON MAINA/AFP or licensors

Kenya

L'arrêt des subventions sur le carburant au Kenya, a fait grimper le prix du précieux liquide à la pompe. Initialement, la mesure devait servir à alléger la souffrance d'une population prise en étau entre crise sanitaire et crise économique.

Mais sa suspension alors que la pandémie de coronavirus est toujours d'actualité à pris de court toute la population. Depuis, l' angoisse et la colère animent tous les automobilistes dans les stations de service.

Il y a près de deux ans, le carburant était vendu au détail à près de 65 shillings environ 0,6 USD le litre. Aujourd'hui, le super est vendu au détail à 135 shillings, soit plus du double. Cela pèse sur nos poches, car la pandémie également nous empêche d'avoir une vie normale critique un automobiliste.

Le vice-président William Ruto, en guerre ouverte avec le président a également critiqué cette suspension des subventions sur le carburant et invité le ministre de l'énergie et le Parlement à trouver une solution aux conséquences de cette mesure. Quant à la fédération des consommateurs, elle craint que cette augmentation n'impacte le coût de la vie.

On se demande pourquoi au Kenya, en tant que nation productrice de pétrole, le carburant est vendu à un prix plus élevé par rapport à d'autres pays voisins comme l'Ouganda, qui est un pays enclavé vendant son carburant à un prix moins élevé. Dans notre propre pays, les prix sont plus élevés. L'Ouganda fait entrer le carburant dans son pays par le Kenya. La Tanzanie fait également transiter son carburant par le Kenya. Ce qui nous met en colère, c'est que l'augmentation des prix du carburant va faire augmenter les prix des produits de base, rétorque un chauffeur.

Les consommateurs kényans paient plusieurs taxes sur le carburant, qui représentent la grande majorité du prix facturé par les pompistes. L'an dernier, le PIB du Kenya a chuté à 10 750 milliards de shillings (98 milliards de dollars) et l'économie a également perdu 738 000 emplois, les travailleurs informels tels que les petits commerçants et les artisans supportent l'essentiel de ces pertes.

Voir plus