Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sénégal : la diaspora guinéenne veut des élections après le coup d'Etat

Des gens dans les rues après l'arrestation du président guinéen Alpha Condé lors d'un coup d'État à Conakry, le 5 septembre 2021   -  
Copyright © africanews
CELLOU BINANI/AFP or licensors

Sénégal

Ce dimanche, des militaires ont investi le palais présidentiel pour renverser Alpha Condé, décrié pour son troisième mandat controversé. A Dakar, au Sénégal, la diaspora guinéenne n’est pas insensible au sort du président déchu.

Après avoir replacé la nation ouest-africaine sous régime militaire pour la première fois en plus de dix ans, la junte a déjà dissous l'Assemblée nationale et la Constitution du pays. S’ils sont nombreux à accueillir cette nouvelle avec soulagement, ils estiment toutefois que les militaires doivent rendre le pouvoir aux civils.

"Les militaires ont fait une très bonne chose, mais ils doivent rendre le pouvoir aux civils. La meilleure chose à faire serait que les civils reprennent le pouvoir, car cela calmera les gens. Si les militaires gardent le pouvoir, les gens auront peur, car les militaires sont censés garantir notre sécurité", avance Abdoulaye Diallo, chauffeur de son état.

Un avis partagé par Amadou Diallo, qui souhaite que les militaires ne s’éternisent pas au pouvoir et organisent des élections dans les plus brefs délais. "Le problème du troisième mandat doit cesser en Afrique. Parce que quand vous arrivez au pouvoir et que vous changez la Constitution au cours de votre deuxième mandat, c'est clairement un coup d'Etat. C'est comme trahir la population. Mais, nous voulons aussi que les militaires organisent rapidement des élections pour rendre le pouvoir aux civils."

La communauté internationale se dit inquiète quant à ce nouveau coup d’Etat en Afrique de l’Ouest. La CEDEAO se réunit ce mercredi pour discuter de la situation. Suiteà un putsch similaire au Mali voisin en août 2020, elle avait pris des sanctions, essentiellement économiques, jusqu'à ce que les militaires s'engagent sur la voie d'une transition de 18 mois maximum pour rendre le pouvoir à des dirigeants civils issus d'élections.

Voir plus