Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des milliers de Marocains débarquent à Ceuta

Des migrants marocains escaladent une falaise rocheuse afin de franchir la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta, le 18 mai 2021.   -  
Copyright © africanews
FADEL SENNA/AFP or licensors -

Espagne

Au moins 3 000 Marocains ont traversé la frontière entre leur pays et l’enclave nord-africaine de Ceuta en Espagne entre lundi et mardi.

Un passage record sous le regard quasi-indifférent de la sécurité marocaine. Les relations entre les deux pays n’étant pas au beaux fixe. 'Pas de place pour la peur, telle est la devise de ces migrants en quête d’une vie meilleure.

"Je suis venu ici pour traverser illégalement afin d'assurer l'avenir de mon fils car ici à Tétouan il n'y a rien. Comme vous avez pu le remarquer, c'est une ville touristique. Nous sortons pour traverser : soit je meurs, soit je traverse.", explique Ouarda, mère de deux enfants, divorcée et sans emploi.

Bouées gonflables, canots pneumatiques, tels sont les moyens utilisés par ces migrants. Pas que nombre d’entre eux ont aussi choisi la nage ou la marche pour atteindre l’enclave espagnole située à quelques kilomètres seulement du royaume chérifien.

"_Quand vous n’avez pas d'argent, alors que vous devez payer votre loyer et que vous devez vous occuper de vos enfants et de vos parents, il n'y a pas de place pour la peur.", affirme Ouarda. Mohammed, jeune rappeur marocain abonde dans le même sens. ‘’Je n'ai pas peur. Si je restais ici, j'aurais peur. Je dois partir pour me sauver_’’.

Se sauver en profitant du contexte. Il y a de l'eau dans le gaz entre le Maroc et l'Espagne. Principale pomme de discorde, l'hospitalisation en Espagne mi-avril du leader du Front Polisario Brahim Ghali. Suffisant pour amener les autorités marocaines à baisser la garde face à cette vague de migrants.

Le ministère espagnol de l'intérieur a déclaré que "des renforts immédiats de la garde civile et de la police nationale" seraient envoyés à Ceuta, soit 200 agents supplémentaires au total. Il a ajouté que "les autorités espagnoles et marocaines ont récemment conclu un accord concernant le retour dans leur pays d'origine des citoyens marocains arrivant sur la plage" de Ceuta, et que les autorités des deux parties étaient en contact "permanent".

Voir plus