Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya : la vallée du Rift menacée par les crues

  -  
Copyright © africanews
Cleared

Kenya

Depuis plus de 10 ans, le niveau des lacs de l'Ouest du Kenya augmente et menace les populations locales.

Les communautés de la vallée du Rift ne peuvent que contempler l'étendue des dégâts. Depuis plus de dix ans, les lacs Naivasha, Turkana et Baringo, situés à l'ouest du Kenya inondent les villages des populations locales. Des crues causées par une particularité géographique.

"Les lacs de la vallée du Rift ont un drainage souterrain, qui est essentiellement dû à des failles normales. Ces failles normales ont en fait été enterrées par l'envasement", explique Benard Limo, un géologue travaillant comme consultant pour le gouvernement kényan. "Maintenant, quand elles sont enterrées par l'envasement, la perméabilité est réduite. Et c'est pourquoi vous voyez les niveaux d'eau élevés dans les lacs".

Depuis 2001, la montée des eaux est un phénomène très documenté, visible de l'espace, par le gouvernement kényan, qui doit aujourd'hui faire face au déplacement de dizaines de milliers de personnes. Vivant sur les berges du lac Turkana, situé à l'extrême nord du pays, le peuple El Molo ont été obligé de fuir devant la montée des eaux. Leur mode de vie traditionnel est désormais menacé, alors que leur communauté compte moins de mille membres.

"Nos maisons à Choro, Namukuse et Longech Islands sont maintenant sous l'eau. Nous n'avons pas d'endroit où aller pour le moment. Nous avons été secourus par des sympathisants dans des bateaux jusqu'aux rivages de Kalokol. Mais notre maison est au milieu du lac", explique James Emose, un leader de la communauté El Molo.

Une faune touchée par les innondations

Les lacs de la vallée du Rift sont connues pour faire partie des plus grandes attractions touristiques du Kenya. Mais les flamands roses, emblématiques du lac Bogoria, souffrent de la montée des eaux, la population étant passée de deux millions à une centaine de millier d'individus. Et ce n'est pas la seule espèce dont la population a changée dans la région.

"Maintenant les animaux sauvages ont envahi la région! Il y a des buffles, des hippopotames, qui peuvent attaquer les gens. Donc, même si l'eau se rétracte , les gens peuvent être attaqués par les animaux, et même les serpents, parce que ceux-ci sont également venus avec la montée des eaux" explique Stephen Kuria, habitant sur les berges du Lac Naivasha. "L'eau peut se rétracter, mais les pluies futures pourraient la ramener et déplacer les gens à nouveau."

Cette année, le lac Naivasha a atteint son plus haut niveau depuis 1932.

Voir plus