Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : vingtième anniversaire de l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila

Une fresque de l'ancien président congolais Laurent-Désiré Kabila.   -  
Copyright © africanews
LIONEL HEALING/AFP

République démocratique du Congo

Il y a vingt ans, le 16 janvier 2001, la République Démocratique du Congo découvrait avec effroi la mort de son président Laurent-Désiré Kabila.

C'était une des figures les plus importantes de l'histoire de la RDC. Le 16 janvier 2001, un des gardes du corps du président Kabila rentre dans son bureau tire sur le chef d'état congolais. Il succombera dans un hôpital à ses blessures.

Sous les saluts et les pleurs de ses partisans, la dépouille de Laurent-Désiré Kabila traverse une dernière fois les rues de Lubumbashi, d'où il était parti pour prendre le pouvoir en 1997, dans une offensive militairement appuyée par l'Angola, le Rwanda et l'Ouganda.

Vingt ans sont passés mais les images sont gravés dans la mémoire de tous les congolais. Tout comme le combat de Laurent-Désiré Kabila pour le futur de la République Démocratique du Congo. "Nous ne sommes pas contre les occidentaux mais nous ne sommes pas d'accord avec eux lorsqu'ils ne veulent pas que l'intérêt de notre peuple soit défendu. Je veux que mon pays soit totalement libre et en tout cas un pays modèle", avait déclaré Laurent-Désiré Kabila.

L'ancien président congolais s'était élevé à plusieurs reprises pour défendre la cause des congolais, voulant suivre les traces du héros de l'indépendance Patrice Lumumba.

A Lubumbashi, ses partisans se souviennent amèrement de l’assassinat du président.

"Celui qui a tué Laurent-Désiré, il n'aime pas le Congo, parce que lui, au moins, il allait sortir le pays de la situation que nous sommes en train de traverser depuis 52 ans", affirme Jean-Raymond Muyumba, un ancien opposant et président de la région du Katanga, où Laurent-Désiré Kabila se battra pendant des années.

Un symbole qui parle aussi à la nouvelle génération, qui n'a pas eu le temps de connaître le président. "Mzee Laurent-Désiré Kabila nous rappelle beaucoup plus de choses d'abord dans le pays entier, et comme je parle particulièrement, il me rappelle certaines libertés et c'est parmi des présidents qu'on était en train de chercher dans ce pays. Il avait des bonnes ambitions mais il ne les a pas achevées" affirme Bradieu, un jeune étudiant.

Vingt ans après sa mort, la figure de Laurent-Désiré Kabila est toujours très présente dans la politique congolaise. Mais avec la libération des derniers accusés de l’assassinat de l'ancien président, la RDC pourrait peut être enfin tourner la page Kabila père.

Voir plus