Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RCA : dépouillement des bulletins de vote en cours

Un électeur dans un bureau de vote   -  
Copyright © africanews
ALEXIS HUGUET/AFP or licensors

République Centrafricaine

Les Centrafricains sont dans l’attente des résultats du double scrutin présidentiel et législatif de dimanche. Les opérations de dépouillement ont démarré dimanche soir après la clôture des bureaux de vote.

C’est sous tension que des électeurs se sont rendus aux urnes. Selon l’Agence Nationale électorale (ANE), 800 bureaux de vote (15%)sont restés fermés sur un peu plus de 5 000 à l’échelle nationale. Pour le comité en charge de la sécurisation des élections, le vote n’a pas eu lieu dans un tiers des sous-préfectures du pays.

Une coalition de rebelles soutenue par François Bozizé menaçait la tenue de ce scrutin. L’ancien président centrafricain avait d’ailleurs appelé au boycott du scrutin. S'ils ont pu être stoppés encore loin de Bangui, c'est cependant grâce au renfort ces derniers jours de centaines de paramilitaires russes, soldats rwandais et Casques bleus de la force de maintien de la paix de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca). La Russie, soutenant ouvertement depuis 2018 le gouvernement Touadéra, a envoyé 300 "instructeurs militaires" - en fait des paramilitaires de société privées russes de sécurité - en renfort de centaines de leurs pairs déployés depuis plus de deux ans. Et le Rwanda a dépêché des soldats d'élite hors Minusca, "des centaines", selon Bangui.

Le porte-parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui, a salué à la clôture du scrutin "l'engagement et la volonté ferme des populations qui ont bravé les groupes armés" et l'ANE n'a évoqué que "des petits soucis sécuritaires dans quelques endroits". Un satisfecit contesté par les experts et des observateurs étrangers dépêchés pour surveiller le scrutin.

Des dysfonctionnements ont été signalés sur le plan logistique, notamment des bulletins et des noms manquants sur des listes électorales. Loin de la capitale, des incidents épars ont été rapportés et des milliers de personnes ont été empêchées de voter ou privées de leurs cartes d'électeurs jamais arrivées en raison de l'insécurité, selon des responsables locaux et de l'ONU anonymes. Ainsi, dans le nord-ouest, à plus de 500 km de Bangui, des rebelles ont saisi du matériel électoral à Koui et menacé de tuer des agents électoraux à Ngaoundaye

Le Comité Stratégique de Sécurisation des Elections (CSSE), qui dépend du gouvernement, a lui même listé au moins 12 sous-préfectures où le vote n'a pas eu lieu en province. Or Bangui ne compte qu'un million d'âmes environs sur un pays de 4,9 millions d'habitants.

Le président sortant Faustin **Archange Touadera et Anicet-Georges Dologuélé sont les deux principaux candidats en lice pour la présidentielle.Les résultats provisoires de ce premier tour sont attendus le 4 janvier alors que les résultats définitifs pourraient être communiqués le 19 janvie**r. Un second tour se déroulerait, le cas échéant, le 14 février.

Voir plus