Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les îles Canaries toujours au centre de la crise migratoire

Des migrants dans le port d'Arguineguin, sur l'île principale des Canaries   -  
Copyright © africanews
DESIREE MARTIN/AFP or licensors

Espagne

C'est une des traversées les plus meurtrières, et pourtant les embarcations de migrants ne cessent d'arriver. Les Îles Canaries, porte vers l'Europe, ont accueillis près de 20 000 personnes depuis le début de l'année, dix fois plus qu'en 2019. Dans le port d'Arguineguin, ils sont nombreux à chercher leurs proches ayant fait le même trajet. Mohamed est venu chercher son frère arrivé il y a quelques jours sûr l'île principale, pour le ramener avec lui.

"Sa raison est la même que la mienne, il veut un avenir meilleur, il veut travailler et gagner sa vie. Il ne vient pas pour le plaisir, loin de là! C'est sûr, parce que qui viendrait dans un patera, de cette façon avec cette mer. Mon frère a failli mourrir deux fois. C'est difficile à dire mais ça fait partie de la vie, et c'est ce que l'on risque quand on a rien à perdre." explique Mohamed Zitouni.

La traversée est éprouvante. Après leur arrivée sur l'archipel, de nombreux migrants doivent recevoir des soins. Yacou a été blessé aux bras lors du voyage. Il a du être hospitalisé. "L’eau rentrait à l’intérieur du bateau. C’est l’eau qui m’a éclaté les avant bras. Il y avait des gens blessés à l’intérieur du bateau à cause de l’eau." raconte le jeune Malien.

Les autorités étant débordées par la situation, les tensions sont montées dans l'archipel: de nombreux commerçants ont fait part de leur ras le bol. Une colère qui alimente parfois dans un racisme selon ce responsable associatif.

"Nous voulons dénoncer la montée du racisme qui est en train de se produire aux Îles Canaries, qui est majoritairement du au fait que les politiques n'ont pas pu résoudre le phénomène d'immigration et parce que les médias ont répandu un message raciste accusant les migrants au lieu de s'attaquer au cœur du problème." affirme Víctor Peinado, du collectif Antifasciste de Grand Canarie. Et le cœur du problème c'est cette arrivée de patera, ces frêles embarcations qui n'arrivent pas toutes à bon port, qu'il faudra bien un jour arrêter.

Voir plus