Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Au Kenya, des tests sérologiques révèlent l'ampleur du Covid-19

A pathologist working in a Kenya Medical Research Institute's lab   -  
Copyright © africanews
cleared

Kenya

Au Kenya, des tests de détection d'anticorps permettent de recenser davantage de cas de Covid-19. **Ces examens effectués sur plus de 3 000 donneurs d’échantillons sanguins entre avril et la mi-juin prouvent que le virus n’a pas été remarqué sur des personnes asymptomatiques.**

À l'Institut de Recherche médicale du Kenya, les scientifiques découvrent la véritable ampleur de la propagation du virus.

"Le test PCR vous dit qui a une infection virale active sur le moment, donc qui a un virus dans son système. Le test d'anticorps vous dit que cette personne peut avoir été affectée dans un passé récent, peut être infectée ou peut avoir été exposée à l'infection. Cela signifie qu'elle peut avoir été en contact avec une personne qui était positive au SRAS-CoV2", déclare Isabella Ochola-Oyier, cheffe du département des biosciences au KEMRI (Kenya Medical Research Institute) Wellcome Trust.

Après avoir développé la protéine de pointe présente à la surface du virus en laboratoire, les scientifiques ont pu ensuite examiner des échantillons de sang pour déterminer combien de personnes possédaient des anticorps sans qu’ils ne se soient sentis malades.

"Ce que nous avons pu comprendre des données que nous avons reçues pour le test COVID-19 - parce que nous couvrons les six comtés côtiers du Kenya - c'est qu'une grande partie des individus au début de la pandémie étaient asymptomatiques. Ils avaient le virus, mais ne présentaient pas de signes cliniques comme la simple toux, l'éternuement, ou les signes habituels que nous connaissons. Cela signifie qu'ils erraient avec le virus mais sans être malades et qu'ils ne savent pas qu'ils ont le virus", ajoute-t-elle.

Le test PCR COVID-19 (réaction en chaîne de la polymérase) présente des limites : la capacité à effectuer les tests et la disponibilité de personnels de santé, qui limite le nombre de personnes pouvant être testée dans la population.

"L'infection est en fait assez répandue, non sans ressembler à celle d'autres pays dans le monde. Ce qui est différent, c'est que nous ne voyons pas autant de personnes tomber malades, être admises à l'hôpital et mourir, par rapport aux autres pays qui avaient une prévalence similaire en termes d'infection", déclare Ahmed Kalebi, PDG de Pathologists Lancet Kenya.

Le faible taux d'infection officiel du Kenya pourrait être dû aux mesures de confinement strictes, et au fait qu'il n'y avait pas suffisamment de tests PCR disponibles.

De plus, la population jeune pourrait signifier que les gens sont plus susceptibles d'être asymptomatiques ou d'avoir des infections légères.

Voir plus