Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Eboulement meurtrier au Cameroun : les recherches reprennent, en vain pour l'heure

Eboulement meurtrier au Cameroun : les recherches reprennent, en vain pour l'heure

Cameroun

Les recherches ont repris mercredi pour retrouver d‘éventuelles autres victimes du glissement de terrain qui a fait la veille au moins 42 morts, dont 26 enfants, à Bafoussam, dans l’ouest du Cameroun, ont indiqué des responsables locaux.

Elles avaient été suspendues durant la nuit mais aussi en raison de la dangerosité du terrain et des intempéries. “Aucun nouveau corps n’a encore été retiré des décombres”, a déclaré à l’AFP mercredi à la mi-journée François Fotso, le chef du bloc 6 du quartier défavorisé de Gouache IV, où ont été emportées une dizaine d’habitations précaires bâties à flanc de colline, dans la nuit de lundi à mardi dans cette ville située à environ 300 km au nord-ouest de Yaoundé.

Mardi, des habitants et les secouristes avaient retiré les corps de 42 personnes de la boue et des gravats, parmi lesquelles 26 enfants et 14 femmes dont quatre enceintes, selon les autorités. Un couple a péri avec ses six enfants, a indiqué mercredi sur place le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji.

>>> LIRE AUSSI : Glissement de terrain au Cameroun : le bilan s’alourdit à 42 morts

Une partie de la colline s‘était effondrée à la suite de deux journées consécutives de précipitations torrentielles d’une intensité exceptionnelle même en pleine saison des pluies. 

Toute l’Afrique centrale ou presque

“Il y a encore des disparus mais ce serait hasardeux d’avancer un chiffre”, explique M. Fotso au téléphone. 

“J’ai eu l’impression que la toiture de ma maison s‘était envolée. Alors que je voulais me lever pour vérifier ce qui se passait, la maison s’est effondrée sur moi et ma famille”, raconte Victor Tankou, contacté au téléphone par l’AFP dans l’hôpital où il est soigné avec trois de ses enfants rescapés. “Ma fille de 16 ans, en classe de terminale, est décédée. La terre l’avait totalement recouverte”, souffle-t-il.

Il s‘était installé à Gouache IV en 1998. “Des maisons construites à flanc de colline dans une zone à risque”, avait assuré mardi à l’AFP un responsable administratif local, sous couvert de l’anonymat. Comme M. Tankou, nombre de riverains y vivaient depuis de nombreuses années dans l’ignorance de la dangerosité des lieux. “Il y a eu quelquefois des éboulements en contrebas, mais nous étions loin d’imaginer que cet endroit était une zone à risques”, affirme M. Fotso.

La saison des pluies sévit en ce moment au Cameroun mais c’est quasiment l’ensemble de l’Afrique centrale qui est en proie, ces derniers jours, à des précipitations d’une intensité et d’une ampleur exceptionnelles.

AFP

Voir plus