Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Le satellite "Cheops", prochain chasseur de planètes

Le satellite "Cheops", prochain chasseur de planètes

Espagne

Dans la banlieue de Madrid, une antenne de station terrestre balaie le ciel, mais elle ne trouvera pas encore ce qu’elle cherche.

Des scientifiques de l’Institut national espagnol des technologies aérospatiales simulent des opérations de mission pour le télescope spatial Cheops de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Ils répètent soigneusement les activités en vol, comme l’exploitation et la surveillance de l’engin spatial ainsi que la liaison montante et descendante des données.

« Quand, en fait, le satellite sera dans le cône de visibilité de l’antenne, nous commencerons à écouter les messages envoyés par lui et nous pourrons le commander de sorte que toutes les opérations qui doivent être effectuées puissent être traduites et transmises au satellite en amont. Donc, ces mouvements, que nous appelons “passes”, durent environ dix minutes de plus ou de moins, nous devons donc avoir une idée claire du type de commandes que nous voulons envoyer et c’est la raison pour laquelle nous nous entraînons aujourd’hui à simuler cela », indique Diana de Miguel, directrice des opérations du Cheops, Airbus Defence and Space.

Les scientifiques ont à cœur de parfaire la période critique qui suit le lancement, lorsque le satellite commence son orbite et que son appareil photo est mis en marche pour la première fois.

Vers un lancement à bord du Soyouz

« Pendant ce temps, il est important d’avoir plus de visibilité sur ce qui se passe dans le satellite. Ainsi, l’ESA fournira davantage de stations au sol, de sorte qu’au lieu de seulement quatre ou six passages, six fois que vous verrez l’engin spatial pendant la journée, vous aurez un contact avec le satellite toutes les 100 minutes », explique David Modrego, Directeur des opérations, ISDEFE.

« Ainsi, il est plus facile de voir que tout va bien et de résoudre n’importe quel problème. C’est pourquoi pendant cette phase, nous enverrons des commandes, non seulement depuis des stations terrestres de routine, mais aussi depuis des stations terrestres de l’Antarctique et d’autres régions proches du pôle Nord », ajoute-t-il.

Cheops – ou “CHaracterising ExO Planet Satellite’ – aidera les scientifiques à apercevoir des centaines de planètes connues en dehors de notre système solaire, avec le potentiel d’accueillir une vie.

Le satellite “chasseur de planète” est équipé d’un appareil photo puissant, ou photomètre qui enregistre la lumière d’une étoile ou d’une planète extrasolaire.

L’Agence spatiale européenne (ESA) envisage un lancement à bord d’une fusée Soyouz au courant cette année.

Voir plus