Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Instagram envisage de masquer les mentions "j'aime" sur les publications

France

Instagram a commencé debut juillet à masquer le nombre de mentions “j’aime” sur sa plateforme. Selon le réseau social, cette mesure vise à diminuer le stress et réduire les risques sur la santé mentale des utilisateurs.

Six pays ont donné leur accord pour cette implémentation dont l’Australie, l’Italie et l’Irlande. Le Japon, le Brésil et la Nouvelle-Zélande sont également concernés par ce test à la suite d’un premier essai lancé au Canada en mai dernier.

Les utilisateurs ne verront plus le nombre de “j’aime” sur les publications de leurs amis. Cependant, ils pourront toujours voir combien de personnes ont aimé leurs propres publications.

“Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de + j’aime + qu’ils recueillent”. “Nous ne voulons pas qu’Instagram donne l’impression d‘être dans une compétition”, a déclaré un porte-parole d’Instagram.

Aucune date n’a toutefois été communiquée pour la fin de ce test.

Santé mentale

Cette mesure fait suite à une première prise par le réseau il y a six mois. Instagram a réduit en février le nombre d’images liées à l’automutilation, dans le souci de préserver la santé mentale des jeunes utilisateurs.

La dernière mesure en date remonte à la semaine dernière après la mise en place d’une nouvelle police d’utilisation visant à freiner l’intimidation en ligne.

Très populaire et beaucoup utilisée par les jeunes, la plateforme Instagram, propriété de facebook compte plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde et permet de publier des images et des vidéos.

Une enquête menée en 2018 a révélé que près de 40 % d’utilisateurs étaient motivés à ne partager que des contenus numériques ayant suscité beaucoup d’intérêt.

Le géant des réseaux sociaux a entrepris des examens minutieux afin de déterminer l’impact négatif que leurs plateformes peuvent avoir sur les utilisateurs.

AFP

Voir plus