Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan : les dernières violences font au moins 10 morts

Soudan : les dernières violences font au moins 10 morts

Soudan

Trois nouveaux corps découverts ce lundi près de Khartoum, la capitale soudanaise. Cette découverte macabre vient porter à 10 le nombre de morts liés à la violente répression de la manifestation de dimanche. En effet, un précédent bilan communiqué dans la soirée de dimanche faisait état de dix morts et 180 blessés.

Dans les rangs de la contestation soudanaise, il n’y a nul doute, ce bilan est à mettre au compte des généraux au pouvoir. “Le Conseil militaire est totalement responsable pour ces vies (perdues) et ces blessés”, a asséné Mohammed Naji al-Assam, dans une vidéo postée dimanche soir sur Facebook par son mouvement, l’Association des professionnels soudanais. “Une nouvelle fois, comme à plusieurs reprises, les manifestants pacifiques soudanais ont été la cible d’une violence excessive, des tirs à balle réelle”, a ajouté le militant.

Des dizaines de milliers de personnes s‘étaient retrouvées dimanche dans les rues de plusieurs villes soudanaises pour réclamer l’installation d’un pouvoir civil. Ces rassemblements sont les plus importants depuis la dispersion meurtrière le 3 juin d’un sit-in établi devant le QG de l’armée à Khartoum, un drame ayant fait des dizaines de morts et provoqué un tollé international.

Les militaires se décahrgent

C’est surtout un pari gagné pour la contestation qui témoigne ainsi de sa capacité à fédérer en dépit d’un durcissement du pouvoir au Soudan, qui a suspendu internet depuis un mois.

Pour le Conseil militaire, cependant, les récentes violences sont la responsabilité des manifestants. Il a dénoncé les manquements de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, qui avait appelé à la mobilisation.

“L’ALC a violé ses engagements et a incité les manifestants à se diriger vers le palais (présidentiel) et le QG de l’armée”, a asséné le général Jamal Omar, dans une vidéo postée par le conseil sur Facebook. L’ALC “porte l’entière responsabilité de ces violations et des victimes parmi les forces régulières et les citoyens”, a-t-il ajouté.

Les décès de dimanche portent à 133 le nombre de victimes depuis la dispersion sanglante du sit-in le 3 juin, qui avait fait à elle seule environ une centaine de morts selon le comité de médecins. De leur côté, les autorités rapportent 68 morts depuis le 3 juin.

Voir plus