Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Centrafrique : la sécurité se dégrade à Obo

Centrafrique : la sécurité se dégrade à Obo

République Centrafricaine

La situation sécuritaire se détériore à Obo, une ville enclavée située à l’Est de la Centrafrique. Cernées par les miliciens de la LRA, l’Armée de Résistance du Seigneur, les populations locales ont de plus en plus de mal à se ravitailler.

“Nous vivons des moments difficiles ici à OBO, vraiment difficile, c’est à travers cette activité que je vis. Personne ne peut aller dans la brousse ou à plus de 5 km pour se ravitailler en vivres, le faire c’est se donner la mort”, a indiqué Pierre Komboyo Kete, un habitant d’OBO.

Obo abrite également un important camp de réfugiés. Près de 1605 personnes y vivent, des sud-soudanais pour la plupart. Depuis peu, ces derniers sont accusés de meurtres et autres exactions dans la ville et ses environs. Des accusations accompagnées de représailles.

“Voilà leur tombeau, nous les avons inhumé, quatre ici au même endroit”, a lancé Valentino, un refugié sud-soudanais.

Informées, les autorités centrafricaines ont décidé d’agir, en restaurant la présence des forces de défense et de sécurité dans cette localité.

“Au jour d’aujourd’hui avec le retour à la paix, avec les efforts que le gouvernement déploie depuis deux ans, nous avons aujourd’hui à OBO la présence de nos militaires les FACA, nous avons la présence de la Minusca, la police commence à s’installer, la gendarmerie, vous avez vu que le commandant de brigade arrive, dans le vol d’aujourd’hui vous allez voir quelques gendarmes qui vont arriver”, a déclaré Henri Wanzet Linguissara, le ministre de la Sécurité publique.

Une unité des forces de défense multiplie les patrouilles conjointes avec la MINUSCA dans la ville et en dehors, dans un rayon de 3 kilomètres environ. Insuffisant pour rassurer les populations locales, qui n’arrivent pas à vaquer à leurs occupations au-delà de la zone protégée.

Voir plus