Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Violences, Ebola : afflux de réfugiés congolais en Ouganda

Violences, Ebola : afflux de réfugiés congolais en Ouganda

République démocratique du Congo

Le nombre de personnes qui fuient la République démocratique du Congo pour l’Ouganda voisin s’accroît alors que l’Ouganda commence à manquer de moyens pour assurer l’accueil de ces réfugiés.

Elles sont quelque 311 personnes à quitter chaque jour la République démocratique du Congo pour l’Ouganda, informe un rapport du Haut commissariat des réfugiés. Mardi, le porte-parole de l’institution a de nouveau appelé les donateurs à renforcer leurs efforts humanitaires alors que l’Ouganda commence à manquer de souffle.

Certes, le pays de Yoweri Museveni s’est dit ouvert à l’entrée des réfugiés, quels qu’ils soient, mais les capacités d’accueil s‘épuisent. Un des centres d’accueil héberge actuellement 4 600 réfugiés alors qu’il ne devrait en recevoir que 3 000, a précisé à Genève Andrej Mahecic, le porte-parole du HCR.

Depuis début juin, environ 7 500 Congolais ont trouvé refuge en Ouganda. Ces populations fuient les affrontements violents qui ont éclaté dans la province de l’Ituri, dans le nord-est de la RDC, entre les groupes ethniques Hema et Lendu. Selon le gouverneur local, plus de 160 personnes ont été tuées en deux semaines de violences dans plusieurs villages d’Ituri.

>>> LIRE AUSSI : RDC : au moins 50 morts dans des tueries en Ituri

Cycle de violences

Les habitants qui sont parvenus à échapper à ce cycle de violence décrivent des scènes d’une extrême brutalité. « Des groupes armés attaqueraient des villages, incendieraient et pilleraient des maisons, et tueraient des hommes, des femmes et des enfants », souligne un communiqué du HCR.

Nombre de ces violences sont attribuées aux combattants d’une milice Lendu qui serait liée, selon la police congolaise, à l’ancien chef rebelle Mathieu Ngudjolo, qui a été acquitté des crimes de guerre par la Cour pénale internationale en 2012.

La présence des soldats congolais et ceux de la mission des Nations unies n’a toujours pas réussi à éradiquer les conflits armés qui enflamment le nord-est de la RDC. Cette atmosphère d’insécurité représente aujourd’hui un facteur de risque énorme dans l’expansion de l‘épidémie d‘ébola qui a frappé l’autre partie de la région, le Nord-Kivu, en août 2018. Attaqués à plusieurs reprises, les agents de santé ont des difficultés à contenir la propagation de la maladie virale.

Voir plus