Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan : rassemblements de nuit pour relancer la contestation

Soudan : rassemblements de nuit pour relancer la contestation

Soudan

Le soleil se couche sur Khartoum, et des habitants installent des rangées de chaises et une estrade pour les leaders de la contestation soudanaise: afin de contourner la répression et le blocage d’internet, les opposants au pouvoir militaire se mobilisent désormais de nuit.

Avec les coupures d‘électricité, l’accès à internet largement bloqué depuis plus de deux semaines et des forces de sécurité aux aguets, les habitants du quartier de Jabra ont souffert pour organiser ce rally qui au final a attiré des dizaines de personnes.

Mais en quelques heures seulement, des générateurs ont été installés, des hauts-parleurs branchés, des chaises en plastique alignées. Quant à l‘éclairage de l’estrade, il est assuré par les phares de voitures. Et pour sécuriser le secteur, des barricades ont été érigées à la hâte.

“La campagne nous permet d‘être au courant de ce qu’il y a de nouveau au Soudan”, lance Moujahid Abdelnabi, qui participe au rassemblement.

Car l’accès à internet et surtout à la 4G des portables est bloqué depuis la dispersion dans le sang à Khartoum d’un sit-in de manifestants le 3 juin.

Cela faisait des semaines que le campement était installé devant le QG de l’armée pour réclamer un transfert du pouvoir aux civils, après la destitution par les militaires du président Omar el-Béchir, le 11 avril.

Le drame et la répression qui s’est poursuivie les jours suivants ont fait au moins 128 morts, selon des médecins proches de la contestation —61 d’après les autorités.

Dans ce contexte tendu, la mobilisation est de plus en plus difficile, d’autant plus que les redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) sont déployés à tous les coins de rue.

Ce sont ces forces qui sont accusées par la contestation et des ONG d’avoir orchestré la dispersion. Mais le Conseil militaire de transition, qui dirige le pays, a assuré ne pas avoir ordonné l’opération, qui devait cibler à l’origine des “criminels” dans un secteur voisin.

Malgré les risques, les habitants étaient au rendez-vous à Jabra, déterminés à maintenir la pression sur les militaires.

Voir plus