Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC - Arrestation musclée du député Mende : poursuites annoncées contre les auteurs

RDC - Arrestation musclée du député Mende : poursuites annoncées contre les auteurs

République démocratique du Congo

En RDC, les policiers auteurs dimanche dernier de l’interpellation “brutale” du député Lambert Mende Omalanga bientôt devant la barre du tribunal, annonce le bureau de l’Assemblée nationale qui estime que la procédure a été violée.

C’est peut-être la réponse à la requête du député Lambert Mende qui a promis lundi d’introduire une motion à l’Assemblée nationale de RDC contre le traitement subi dimanche à son domicile à Kinshasa.

À l’issue de sa plénière, la chambre basse du Parlement a décidé ce mardi 21 mai d’engager des poursuites judiciaires contre les policiers qui se sont rendus dimanche 19 mai dernier pour arrêter Lambert Mende Omalanga pour une affaire d’exploitation et de vente illégales de diamant dont l’accuse le vice-Premier ministre chargé de la sécurité, Basile Olongo.

Ces agents de l’ordre devraient répondre de la brutalité dont ils auraient fait montre lors de l’arrestation du député. D’après des témoins, l’ancien porte-parole du régime de Joseph Kabila (2008-2018) avait été embarqué de force dans un véhicule militaire avec une brutalité telle que nombre d’observateurs s’en sont indignés.

Déjà une tête tombée

Si elle dit ne pas s’opposer à l’enquête, l’Assemblée nationale estime toutefois que cette opération s’est déroulée en violation des dispositions prévues dans le code de procédure pénale congolais.

« Il est possible [pour un parlementaire] de répondre à des informations judiciaires, mais dans le respect des procédures. L’hémicycle ne s’y soustrait pas, mais il veut que les procédures et les prescrits légaux soient respectés », a déclaré Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale de RDC.

Même avis du côté de Basile Olongo qui estime toutefois que Mende « encourt une peine allant de 10 à 20 ans de prison avec une amende allant de 250.000 à 500.000 dollars américains, pour détention illégale de diamant artisanal ».

D’après des médias congolais, Vital Umiya Awashango, directeur des Renseignements généraux de la Police nationale congolaise (PNC) a été suspendu de ses fonctions à cause de cette affaire qui continue de défrayer la chronique.

Et qui sait si le vice-Premier ministre Basile Olongo qui accuse Lambert Mende ne fera pas lui aussi les frais de ce combat qui ne vient que de commencer entre camarades du Front commun pour le Congo (FCC), ancienne coalition au pouvoir.

>>> LIRE AUSSI : RDC : le combat Mende-Olongo se poursuit
>>> LIRE AUSSI : RDC : difficile reconversion pour Lambert Mende, l’ex-voix du régime Kabila
>>> LIRE AUSSI : RDC : réduction drastique du nombre de ministres
Voir plus