Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Mobilisation record de plus d'un milliard de dollars pour les starts-ups africaines

Mobilisation record de plus d'un milliard de dollars pour les starts-ups africaines

Kenya

L’entrepreneuriat numérique a le vent en poupe en Afrique. Et ce ne sont pas les start-ups du continent qui diront le contraire. Elles qui, en 2018, ont réussi à mobiliser plus d’un milliard de dollars pour leur financement.

Le dernier rapport de Partech-Africa synthétisé par le Point Afrique dresse un portrait haut en couleur des capacités des start-ups africaines. L‘étude du géant du capital risque qui s’est articulée autour 146 start-up réparties entre 19 pays, évoque exactement un chiffre de 1,16 milliard de dollars levés en 2018.

Un record pour les fleurons de l‘économique numérique en Afrique qui réalisent une croissance à 108 %. En 2017, ces sociétés avaient réussi à attirer 560 millions de dollars.

Pourtant, tout le potentiel des jeunes pouces du numérique africain n’ont pas été capitalisé dans l‘étude. En effet, Partech-Africa s’est exclusivement porté sur le secteur du numérique, mais aussi sur les levées de fonds annoncées officiellement. Du coup, seules les compagnies “supérieures à un plancher minimum de 200 000 dollars et inférieures à 100 millions”, ont été répertoriées, reporte Le Point Afrique.

>>> LIRE AUSSI : Les solutions technologiques de la start-up BAFA Tech [Grand Angle]

En tête de liste des pays qui ont mobilisé le plus de fonds, se trouve le Kenya, aux avants-postes de la révolution numérique sur le continent. Avec des start-ups comme Cellulant dans l’inclusion financière ou Twiga Foods dans la distribution, le Kenya a attiré environ 348 millions de dollars. Le Nigeria et l’Afrique du Sud qui referme le top 3 ont mobilisé respectivement 306 millions de dollars et 250 millions de dollars.

Quid de l’Afrique francophone, niché au bas du tableau ? Selon les auteurs du rapport, seul le Sénégal se démarque avec une levée de 22 millions de dollars. Sur l’ensemble des start-ups de l’Afrique francophone, seulement 54,3 millions de dollars ont été collectés en 2018 contre 55,5 millions de dollars en 2017. L’environnement des affaires ou encore la barrière de la langue, en l’espèce l’anglais, feraient-ils défaut sur les marchés internationaux ?

Les auteurs du rapport regardent l’avenir avec beaucoup plus d’optimisme et prédisent à la tech africaine, de très belles perspectives pour les années à venir.

>>> LIRE AUSSI : Réseaux sociaux et blogs, l’opposition qui dérange des dirigeants africains
Voir plus