Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : les bâtiments vétustes dans le viseur des autorités de Lagos

Nigeria : les bâtiments vétustes dans le viseur des autorités de Lagos

Nigéria

La pelleteuse devrait fonctionner à plein régime ces prochaines semaines dans la principale ville du Nigeria.

Le gouvernement de l‘État de Lagos a annoncé qu’il va intensifier ses efforts afin de démolir les immeubles en mauvais état qui peuplent la ville.

Une décision qui intervient quelques jours après l’effondrement d’un bâtiment de quatre étages qui abritait une école.

En ce qui concerne le gouvernement, vous savez que nous ferons tout ce qui doit être fait.

Les infrastructures concernées par les prochaines démolitions sont d’ores et déjà identifiées une croix et les propriétaires appelés à quitter les lieux.

« Il y a tellement d’enfants, ils étaient très nombreux, se lamente Damola Abasa, une résidente du quartier Ita-Faji. Nous voulons que le gouvernement fasse quelque chose pour nous. Nous voulons qu’il vérifie toutes les maisons alentours. Les mauvaises doivent être détruites. Le gouvernement doit faire quelque chose pour nous les pauvres ».

Le bilan après l’effondrement de l’immeuble varie entre un et huit morts d’une part et entre 37 et 50 personnes retrouvées vivantes. Jeudi, le porte-parole de l’agence nationale des urgences a indiqué que certaines victimes présumées mortes avaient pu être réanimées et que les chiffres restaient fluctuants.

En attendant le début des démolitions, le gouverneur de l‘État de Lagos Akinwumi Abode se dit être au chevet des victimes.

« En ce qui concerne le gouvernement, vous savez que nous ferons tout ce qui doit être fait. Les factures d’hospitalisation ou toutes les mesures nécessaires pour sauver des vies seront prises. Et nous verrons également comment prendre en charge les rescapées afin qu’ils aient les meilleurs soins ».

Des riverains racontent que de nombreux immeubles se sont effondrés dans le quartier ces dernières années. Ils indiquent que certains de ces bâtiments déclarés inaptes à accueillir des habitants ont été rafraîchis en apparence par les propriétaires qui les ont ensuite remis en location.

Voir plus