Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Inspire Africa

inspire-africa

La première femme à barrer un navire excavateur [Inspire Africa]

Londy Ngcobo   -  
Copyright © africanews
Africanews -

Inspire africa

Dans cet épisode d'Inspire Africa, Jerry Fisayo-Bambi, revient avec de nouvelles histoires de personnes qui apportent le changement, l'innovation et qui ont un impact dans leurs communautés à travers l'Afrique.

Nous commençons par le Cameroun, où les patients envahissent parfois les hôpitaux publics inadéquats. Pour remédier à cette situation, un éminent médecin, le Dr Philip Ouandja, a lancé "eSante", à l'origine une clinique en ligne dont l'objectif était de fournir des soins par téléconférence.

L'application a évolué et propose désormais une assistance médicale à domicile. Il s'agit d'un service innovant pour les Camerounais de Douala qui estiment qu'il est désormais plus facile d'avoir un médecin à l'heure. Nous nous entretenons avec certains d'entre eux.

Serviettes hygiéniques réutilisables

L'utilisation de serviettes hygiéniques réutilisables se développe en Afrique subsaharienne, mais les besoins demeurent. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), une fille sur dix en Afrique manque l'école parce qu'elle n'a pas accès à des produits menstruels. D'autres abandonneront complètement l'école à cause de cette situation et du manque de toilettes, indique l'UNESCO. Mais le problème ne concerne pas uniquement les filles.

Selon une étude, dans deux tiers des pays africains, les femmes sont confrontées à la "pauvreté périodique", c'est-à-dire à la lutte que mènent de nombreuses femmes et filles à faible revenu pour se procurer des produits menstruels. C'est ce constat, ainsi que la nécessité de briser le tabou qui entoure le sujet des menstruations, qui a inspiré l'entrepreneuse sociale togolaise Elsa M'bena à lancer la production de serviettes hygiéniques réutilisables.

Premiere femme "dredge-master"

Que faut-il faire pour devenir "dredge master" ? Une Sud-africaine qui craignait autrefois l'eau nous le raconte dans cette interview captivante. Londy Ngcobo, qui a grandi dans un township où il n'y avait qu'une seule piscine, n'aurait jamais imaginé l'exploit qu'elle accomplit en tant que première femme "dredge master" en Afrique. Cependant, un vif intérêt pour les études maritimes à l'école ainsi qu'un trait de caractère consistant à vouloir toujours se démarquer l'ont propulsée jusqu'ici.

Jerry Fisayo-Bambi se penche sur certaines de ses autres motivations et sur ce qu'il faudrait faire pour que le secteur maritime soit plus ouvert aux femmes et aux jeunes en Afrique du Sud et dans toute l'Afrique.