Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La Côte d'Ivoire et l'Afrique du Sud saluent l'accord sur les céréales

Le président ivoirien Alassa Ouattara et le président sud-africain Cyril Ramaphosa à Pretoria, le 22 juillet 2022.   -  
Copyright © africanews
Alet Pretorius/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved. -

Afrique du Sud

Lors de leur rencontre à Pretoria ce vendredi 22 juillet, les présidents ivoirien et sud-africain ont tous deux évoqué la guerre en Ukraine et son impact sur les autres pays. Tout en saluant l'accord sur les exportations de céréales bloquées en mer Noire qui venait de se conclure entre la Russie et l'Ukraine, Cyril Ramaphosa a indiqué que la situation était un "signal d'alarme" pour l'Afrique et devait l'inciter à devenir plus autonome dans sa production de céréales et d'engrais.

"Selon moi, cette décision a pris beaucoup trop de temps car ce conflit a mis un terme à l'importation et à l'exportation de céréales, d'engrais et d'autres denrées alimentaires comme le blé vers diverses autres parties du monde, a indiqué le président de l'Afrique du Sud, Nous sommes donc satisfaits que cela puisse reprendre. Cet accord peut-il être perçu comme le signal d'une fin de conflit ? J'aimerais le croire, oui."

Son homologue, Alassane Ouattara a révélé avoir téléphoné au président ukrainien, Volodymyr Zelensky en début de semaine et lui avoir demandé de donner la priorité au continent africain en raison de, "la fragilité des économies et de la situation sociale dans de nombreux pays".

Lors de son intervention, le dirigeant ivoirien a aussi tenu à contester l'idée selon laquelle son pays chercherait à déstabiliser le Mali. "La Côte d'Ivoire ne peut pas du tout s'investir dans une tentative de déstabilisation d’un pays quelconque et surtout pas d'un pays voisin. Ce sont les mêmes peuples, les mêmes populations, les relations sont très étroites, nous utilisons la même monnaie, le même cadre juridique. C'est un pays ami et des populations frères et sœurspar conséquent il n'est pas question pour nous de nous engager dans une quelconque tentative de déstabilisation".

Le 10 juillet dernier, 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés à Bamako, considérés comme des mercenaires par les autorités maliennes. Abidjan soutient depuis qu'il s'agit d’une unité venue en soutien à la Minusma, la mission des Nations Unies au Mali.

Voir plus