Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : Beni compte et soigne ses blessés

Un jeune homme, blessé au pied droit lors de l'attaque de son village par des hommes armés au sud de Beni, dans l'unité de soins pour blessés de guerre du Comité international   -  
Copyright © africanews
ALEXIS HUGUET / AFP

République démocratique du Congo

Des blessés par balle ou par armes blanches, les patients affluent à l’hôpital général de Beni, au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. Et les médecins de la localité sont sur le qui-vive face aux attaques des groupes rebelles qui écument l’Est de leur pays.

Le président congolais avait décrété l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu dans l’Est du pays pour tenter d’endiguer la menace. Mais le répit n’est pas encore au rendez-vous.

Les rebelles des forces démocratiques alliées affiliés au groupe état islamique par exemple sont loin d’avoir enterré la hache de guerre, de même que ceux de plusieurs autres groupes. Les populations en Ituri et au Nord-Kivu continuent de payer le prix d’un conflit dont elles peinent à comprendre les motivations. Les témoignages donnent des frisons.

"L’ennemi est entré brusquement dans le village de Mandumbi. C’était la débandade, en tous cas c’était le sauve-qui-peut. On était en train de courir et brusquement j’ai 'entendu' une balle dans ma cuisse', explique Katembo Safari. La blessure empêche cet agriculteur congolais de cultiver ses champs. Activité qui lui permet de gagner son pain au quotidien.

A l’hôpital où il est soigné. Pas question de demander aux médecins pourquoi il y a autant de blessés. Ils ne passeront pas par le dos de la cuillère : ‘’ C’est une histoire de la guerre dans la région de Beni. Tout le monde connaît qu’à Beni il y a la criminalité par des groupes armés.", lâche Godefroid Kombi Mbeho, chirurgien à l’hôpital général de Beni.

Pour ce praticien qui vit ce drame au quotidien, la situation est alarmante. ‘’ Le nombre, il est très impressionnant ces derniers temps parce que dans les trois jours qui viennent de passer, nous avons admis 12 nouveaux patients. Présentement, nous avons 45 patients en hospitalisation, dont 42 blessés par armes à feu et 3 blessés par armes blanches.", explique-t-il.

Trois attentats à la bombe perpétrés à Beni en l'espace d'un seul week-end témoignent de cette puissance de feu accrue.

Le 27 juin, deux femmes ont été blessées dans une église catholique avant une cérémonie de confirmation, et un kamikaze s'est fait exploser devant un bar quelques heures plus tard.

La veille, un attentat à la bombe avait eu lieu devant une station-service à la périphérie de Beni, sans faire de victimes.

Selon l’église catholique congolaise, les attaques des ADF ont déjà coûté la vie à environ 6 000 civils en RDC depuis 2013.

Voir plus