Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Derniers soutiens pour Jacob Zuma menacé d'arrestation

Manifestation devant la maison de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma à Nkandla, le 2 juillet 2021.   -  
Copyright © africanews
EMMANUEL CROSET/AFP or licensors

Afrique du Sud

Des partisans de Jacob Zuma ont manifesté devant sa résidence de Nkandla, vendredi, alors que l’ex-président sud-africain, condamné à 15 mois de prison ferme pour outrage à la justice doit se constituer prisonnier au plus tard dimanche.

But de la manœuvre, empêcher l’arrestation de leur leader qui refuse de rendre. Son fils a prévu, il faudra marcher sur son cadavre avant d’interpeller son père.

"Nous savons que ce n'est pas un programme sud-africain, c'est un programme occidental et nous n'allons pas le permettre. Donc, comme je le dis et comme je le maintiens en tant qu'Edward Zuma, ils devront d'abord me tuer avant d'arrêter mon père.", a déclaré Edward Zuma.

Même son de cloche du côté des membres de l’association des anciens combattants d’une branche militaire de l’ANC. Pour eux, l’incarcération de Jacob Zuma plongerait le pays dans l’instabilité.

" Faire du président Zuma une cible, la manière dont il a été traîné devant les tribunaux depuis 20 ans et qui continue et surtout ces derniers mois, nous avons averti que si le président Zuma était emprisonné, qu'il y aura de l'instabilité et des troubles en Afrique du Sud.", a fait savoir Carl Niehaus, le porte-parole de du mouvement.

Punition cruelle et dégradante

Reste à savoir si ces menaces suffiront à éviter la case prison à l’ex-président. Dans une ultime tentative Jacob Zuma, 79 ans, a demandé vendredi à la Cour d’annuler sa condamnation qu’il considère comme une ‘’ _punition cruelle et dégradante’_’. Il a aussi sollicité du Tribunal de Pietrmaritzburg, dans la province du KwaZulu-Natal, la suspension du délai pour qu’il se constitue prisonnier.

L’ex-président met en avant son état de santé. ‘’ c'est ma vie physique que l'ordre d'incarcération menace", a souligné Jacob Zuma. Mais des analystes pensent que la messe est dite pour l’ancien président. Ses tentatives pour faire "changer d'avis" les juges sont futiles, selon Cathleen Powell, professeur de droit à l'Université du Cap. "Cela n'a aucune chance de se produire", avance-t-il.

Selon une copie du mandat de dépôt vue vendredi, Zuma sera emmené à la prison de Westville, dans le sud-est de la province du Kwa-Zulu Natal.

Voir plus