Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : le bodysurf, à l'assaut des vagues sans planche

Le Bodysurf en Afrique du Sud   -  
Copyright © africanews
ANTOINE DEMAISON/AFP or licensors -

Afrique du Sud

Faire du surf sans planche, Anthony Pearse s'y connait. Il est amateur de bodysurf. Loin de la foule des autres surfeurs, il prend un plaisir à défier les vagues sur la plage de Noordhoek, près du Cap, en Afrique du Sud.

Le bodysurf est une discipline sportive très prisée par les "sans planche", des puristes qui utilisent leur cage thoracique comme la coque d'un bateau pour se faufiler entre les vagues. "C'est la liberté absolue, juste le surf et toi. Tu décides où tu veux être, ce que tu dois faire et juste surfer sur la vague, sur l'océan. C'est juste toi et la mer. C'est génial", déclare Anthony Pearse.

Le bodysurf a une longue histoire en Afrique du Sud, même s'il n'est pas aussi populaire que le surf traditionnel. Selon l'historien Glen Thompson, de l'Université de Stellenbosch, la discipline remonterait à la période pré-coloniale, à l'époque où les amoureux des vagues se jetaient à l'eau sans stress. "Le bodysurf a une longue histoire dans la culture polynésienne pré-coloniale. Et même dans la culture africaine pré-coloniale avec les cultures côtières, qui avaient des carcasses de bateaux. Les Européens sont venus faire le premier voyage de découverte et ont commencé à commercer le long de la côte Ouest de l'Afrique. Donc l'Afrique a aussi l'usage de la mer pour le plaisir, parce que c'est ça le bodysurf."

Pour pratiquer du bodysurf, il faut être bon nageur, avoir envie de se faire plaisir. S'il n'a pas encore conquis le public sud-africain, c'est aussi parce qu'il n'attire pas les grandes entreprises qui ne trouvent pas des moyens de faire du profit. "Je pense que c'est juste que les grandes entreprises ne l'ont pas vraiment découvert. C'est trop basique et trop simple. C'est trop pur pour elles parce qu'il n'y a pas vraiment de matériel. Donc pas assez de profits à faire."

Voir plus