Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les responsables de la santé mondiale soutiennent le vaccin d'AstraZeneca

Les responsables de la santé mondiale soutiennent le vaccin d'AstraZeneca
Astra Zeneca vaccines   -  
Copyright © africanews
Frank Augstein/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Afrique du Sud

Les autorités sanitaires du monde entier ont apporté leur soutien au vaccin d'AstraZeneca contre le COVID-19, après qu'une étude montrant qu'il avait peu d'effet contre la maladie bénigne causée par la variante qui se répand maintenant rapidement en Afrique du Sud ait alarmé le monde entier.

La stratégie mondiale vise à sortir de la crise sanitaire en déployant un maximum de doses de vacin cette année. Mais ce lundi, l'Afrique du Sud a alerté le monde entier en avançant que les nouvelles variantes résistaient au vaccin Astra Zeneca.

Si le vaccin n'est pas efficace contre les nouvelles variantes du virus, cela pourrait être un signe inquiétant pour d'autres vaccins également, montrant que le virus peut potentiellement contrecarrer les efforts des scientifiques pour le combattre.

L'Afrique du Sud, où une nouvelle variante représente désormais la grande majorité des cas, a d'abord annoncé une pause dans le déploiement d'un million de doses du vaccin AstraZeneca.

Les chefs d'état réaffirment leur confiance dans le vaccin Astra Zeneca

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré lundi qu'il était convaincu que les vaccins COVID-19 d'AstraZeneca et de Pfizer aidaient à prévenir la mort et les maladies graves.

L'avis du ministre français de la santé Olivier Véran n'est pas différent. Il a continué, ce lundi, à soutenir le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca. Il a assuré qu'il offrait une protection suffisante contre "presque toutes les variantes" du virus et a été montré à la télévision française recevant le vaccin AstraZeneca COVID-19 dans un centre de vaccination de la ville de Melun, en région parisienne.

L'Afrique du Sud planche pour vérifier l'efficacité du vaccin

Contrainte à suspendre le lancement de son programme de vaccination contre le Covid-19, l'Afrique du Sud planche désormais sur des essais, auprès de plusieurs milliers de personnes, du vaccin d'AstraZeneca dont l'efficacité est mise en doute notamment contre le variant local du virus.

Les premiers vaccins devaient être injectés dès cette semaine dans le pays africain le plus affecté par la pandémie. Mais le gouvernement a été forcé dimanche à annoncer une pause, après la publication d'une étude révélant une efficacité "limitée" contre le variant sud-africain, réputé plus contagieux et largement responsable de la seconde vague dans le pays.

A la traîne dans la course mondiale aux vaccins, la première puissance industrielle d'Afrique a reçu la semaine dernière un million de doses fabriquées en Inde et doit en recevoir 500.000 de plus courant février. Il s'agit, pour la totalité, du vaccin britannique AstraZeneca/Oxford.

Ces vaccins pourraient bien être administrés mais de manière échelonnée et sur une population restreinte de quelque 100.000 personnes dans un premier temps, pour en étudier les effets et notamment vérifier s'il protège contre les formes graves de la maladie, a expliqué lundi à l'AFP l'épidémiologiste et coprésident du comité scientifique au ministère de la Santé, le Pr. Salim Abdool Karim.

Appelant à la prudence, il a précisé que ces essais pourront prendre "plusieurs semaines". Ensuite, "nous pourrons évaluer s'il faut continuer avec les 1,5 million de doses (AstraZeneca) dont nous disposons ou s'il faut arrêter".

L'étude dévoilée dimanche, réalisée sur 2.000 personnes par l'université du Witwatersrand à Johannesburg, affirme que le vaccin britannique offre une "protection limitée contre les formes modérées de la maladie dues au variant sud-africain, chez les jeunes adultes".

Voir plus