Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nouveau partenariat entre l'UE et les pays de l'ACP

  -  
Copyright © africanews
Africanews

Accords internationaux

Le nouveau partenariat entre l'Union européenne (UE) et l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) a été approuvé par le Conseil des ministres des pays membres, ce qui constitue une étape importante vers l'accord conclu le 3 décembre à Bruxelles.

L'accord dit post-Cotonou implique les 27 États membres de l'UE et les 79 pays ACP, 48 d'Afrique subsaharienne, 16 des Caraïbes et 15 de l'océan Pacifique. Le partenariat repose sur trois piliers : la politique, le développement, le commerce, et impactera la vie de plus de 1,5 milliard de personnes. La signature de l'accord aura lieu plus tard en 2021 à Apia, aux Samoa.

"Ce que nous retenons également de l'accord, ce sont les partenariats régionaux. Des partenariats spécifiques pour prendre en compte la réalité de chaque région. Comme dans le cas du continent africain, nous avons également des accords multilatéraux entre nous, et cet accord crée pratiquement les conditions de la compétitivité au sein de la région elle-même et au niveau multilatéral. L'accord arrive à un moment opportun, étant donné que le 1er janvier la Zone de libre-échange continentale africaine s'ouvrira", déclare le chef de la diplomatie angolaise, Téte António.

Les ministres de l'OACPS approuvent le nouvel accord de partenariat OACPS-UE, les propositions sur la pêche et la liste noire de l'UE lors de la 111e session du Conseil des ministres

L'Angola présidera l'organisation en 2022 et le Secrétaire général, Georges Chikoti, a mentionné deux points importants qui seront sûrement à l'ordre du jour de cette prochaine réunion. "En 2022, nous ne serons pas loin de la pandémie du Covid-19. Je pense que c'est une question sur laquelle on peut encore travailler, nous aurons probablement conclu l'accord post-Cotonou d'ici là, et ce sera l'accord de base de notre coopération avec l'Union européenne".

Bien que les relations soient anciennes, il subsiste une certaine méfiance. Le Conseil des ministres de la semaine dernière a protesté face à l'approche unilatérale, non transparente et discriminatoire adoptée par l'UE dans la publication de la liste des "petits pays en développement", notamment en ce qui concerne les défis socio-économiques supplémentaires causés par la pandémie de coronavirus, et recommande un programme d'action visant à trouver un compromis raisonnable en réponse à la situation.