Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Coronavirus en Afrique : le point de la situation

Coronavirus en Afrique : le point de la situation

Afrique

Face au COVID-19, des nombreux pays africains ont pris des mesures de confinement partiel ou total pour arrêter sa propagation sur le continent. Après plusieurs semaines d’alerte, certains d’entre eux envisagent la levée progressive de certaines mesures de prévention suite à une évolution favorable de quelques indicateurs épidémiologiques observée. Une décision que n’approuve pas l’organisation mondiale de la santé (OMS) qui invite par ailleurs à maintenir des mesures fortes de surveillance pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus sur le continent. Retrouvez l’essentiel de l’info sur la pandémie dans cet article.

Le point du jour

  • La Guinée-Bissau a réceptionné samedi des cartons d’une potion promue par le président de Madagascar comme un remède au Covid-19 et vouée selon les responsables des deux pays à être distribuée en Afrique de l’Ouest. Mercredi 29 avril, le gouvernement équato-guinéen avait reçu 11 500 doses du précieux remède.
  • Au Maroc, les controles de police renforcés pour faire respecter le couvre-feu. Dans la ville de Rabat, les forces de l’ordre ont investi le centre ville, les quartiers, les bordures littorales, axes routiers et autoroutiers ainsi que les gares.
  • En Afrique du Sud, distribution des denrhées alimetaires aux personnes vulnérables. Le confinement ordonné le 27 mars par le président Cyril Ramaphosa à ses compatriotes pour lutter contre le coronavirus a placé des millions de pauvres, privés de leurs petits boulots de subsistance, en situation d’insécurité alimentaire.
  • Au Cameroun, un médecin agressé par la famille d’une patiente décédée à l’hôpital Cebec de Bonaberi à Douala. Le ministre de la Santé s’indigne contre un tel acte.

Les statistiques (au 3 mai)

  • Cas confirmés = 42 769
  • Décès = 1 759
  • Guérisons = 14 129
  • Malades encore hospitalisés : 26 881
  • Pays touchés = 53
  • Pays non touché = Lesotho

Pays par ordre alphabétique

  • Afrique du Sud : 6 336
  • Algérie : 4 295
  • Angola : 35
  • Bénin : 90
  • Burkina Faso : 652
  • Burundi : 15
  • Botswana : 23
  • Cameroun : 2 077
  • Cap-Vert : 152
  • Congo-Brazzaville : 229
  • Côte d’Ivoire : 1 333
  • RCA : 72
  • Comores : 1
  • Djibouti : 1 112
  • Égypte : 6 193
  • Erythrée : 39
  • Eswatini : 108
  • Éthiopie : 133
  • Gabon : 335
  • Gambie : 17
  • Ghana : 2 169
  • Guinée : 1 586
  • Guinée-Bissau : 257
  • Guinée équatoriale : 315
  • Kenya : 435
  • Lesotho : 0
  • Libéria : 154
  • Libye : 63
  • Madagascar : 135
  • Malawi : 38
  • Mali : 544
  • Maroc : 4 729
  • Maurice : 332
  • Mauritanie : 8
  • Mozambique : 79
  • Namibie : 16
  • Niger : 736
  • Nigeria : 2 388
  • RD Congo : 674
  • Rwanda : 255
  • Ouganda : 88
  • Sao Tomé et Principe : 16
  • Sénégal : 1 115
  • Seychelles : 11
  • Sierra Leone : 155
  • Somalie : 671
  • Soudan : 533
  • Sud-Soudan : 46
  • Tanzanie : 480
  • Tchad : 117
  • Togo : 123
  • Tunisie : 1 009
  • Zambie : 119
  • Zimbabwe : 34

Pays les plus touchés par région

  • Afrique australe = Afrique du Sud ( 6 336 cas, 123 décès, 2 549 guérisons)
  • Afrique de l’est = Maurice (332 cas, 10 décès, 314 guérisons)
  • Afrique de l’ouest = Burkina Faso (652 cas, 44 décès, 535 guérisons)
  • Afrique centrale = Cameroun (2 077 cas, 64 décès, 953 guérisons)
  • Afrique du nord = Égypte (6 193 cas, 415 décès, 1 522 guérisons)

Le point du samedi 2 avril

  • Le Congo adopte le Covid-Organics de Madagascar. Au cours d’une séance de travail par visioconférence avec les présidents malgache Andry Rajoelina et Umaro Sissoco Embalo de la Guinée-Bissau, le président congolais Denis Sassou Nguesso a décidé d’adopter la tisane de la Grande Île. L’information a été relayée ce jour par le ministre de la Communication Thierry Moungala sur son compte Twitter. Une cargaison du Covid-Organics sera d’ailleurs envoyée sur le sol congolais.
  • Le Niger envisage une levée progressive de mesures de prévention à partir du 1er juin, suite à une évolution favorable de certains indicateurs épidémiologiques observée dans le pays, selon un communiqué du conseil des ministres. Le gouvernement maintient cependant, l’interdiction l’accès aux lieux de culte et la fermeture des établissements d’enseignement.
  • En RDC, plus de 41 cas de nouveau coronavirus ont été enregistrés dans une prison militaire à Kinshasa. Le virus serait rentré en prison “par une dame qui est venue déposer de la nourriture”, selon le ministre de la Santé Eteni Longondo.
  • Au Zimbabwe, prolongement du confinement pour deux semaines jusqu’au 17 mai. Il avait été à la population depuis le 30 mars pour tenter d’enrayer la progression de l‘épidémie de coronavirus. Ce nouveau confinement sera tout du moins allégé à travers la reprise d’activité de certaines industries. Cependant resteront interdits, des rassemblements publics de plus de 50 personnes et l’ouverture des bars, restaurants et écoles.
  • A l‘île Maurice, le confinement mis en place le 20 mars a été prolongé jusqu’au 1er juin, a annoncé vendredi le Premier ministre Pravind Jugnauth. Il a cependant indiqué qu‘à partir du 15 mai, il y aura une reprise graduelle de certaines activités, qui viendront s’ajouter aux secteurs essentiels comme les banques et les supermarchés qui fonctionnent toujours en dépit du confinement. Si les rassemblements religieux, politiques et syndicaux seront toujours interdits, les boulangeries, boucheries et poissonneries pourront à nouveau ouvrir le 15 mai. En revanches, les marchés, bars et centres commerciaux resteront fermés jusqu’au 1er juin, tandis que les écoles ne rouvriront que le 1er août.
  • Au Nigeria, augmentation du nombre des cas dans l’Etat de Kano, dans le nord du pays, en dépit d’une intensification des mesures restrictives qui y ont été prises à la suite de “morts mystérieuses”. Le nombre de cas confirmés est passé de 77 en début de semaine à 219 vendredi dans cet Etat où se trouve Kano, la plus grande ville du Nord. Le nombre de morts du coronavirus reste de trois dans l’ensemble de l’Etat de Kano.

Le point du vendredi 1er mai

  • La Sierra Leone annonce un nouveau confinement de 3 jours. Dans un message posté sur son compte Twitter dans la nuit de jeudi à vendredi, le président Julius Maada Bio invoque les données épidémiologiques parmi d’autres facteurs qui montrent que le virus se transmet dans le pays par la voie dite communautaire, c’est-à-dire sans lien établi entre les nouveaux cas avec ceux déjà enregistrés.
  • Le Rwanda procéde dès lundi à un déconfinement partiel et autorise sa population à se déplacer durant la journée, après plus de six semaines de confinement pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi le bureau du Premier ministre dans un communiqué. “Les masques devront en permanence être portés dans des lieux publics”, souligne le communiqué. Les frontières du pays restent fermées et les rassemblements de masse interdits.
  • En Guinée équatoriale, le confinement qui prenait fin le 30 avril a été prolongé de 15 jours. Début avril, le gouvernement avait d’abord fermé les frontières et interdit les déplacements entre les régions, interdisant notamment la circulation maritime entre la capitale, Malabo, située sur une île, et la partie continentale du pays, où se trouve Bata, capitale économique du pays.
  • L’Afrique du Sud a commencé vendredi à lever progressivement le confinement anticoronavirus imposé depuis cinq semaines à ses 57 millions d’habitants, en autorisant le lent redémarrage d’une petite partie de son économie en crise. L’essentiel des restrictions imposées à la population demeurent, notamment pour les déplacements. Principale nouveauté, le port d’un masque est désormais obligatoire dans les lieux publics.
  • Au Congo, le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso a prolongé le confinement jusqu’au 15 mai. Le chef de l’Etat a également décidé “la mise en œuvre, à grande échelle, du test de dépistage” et le “port obligatoire du masque pour toute personne présente dans les espaces publics fermés ou ouverts”. Pour venir en aide aux personnes défavorisées, M.Sassou Nguesso a réitéré ses directives au gouvernement pour organiser “des transferts monétaires au profit de 200.000 ménages les plus vulnérables dans le pays. La somme totale allouée pour cette opération s‘élève à 10 milliards de F CFA.
  • Aux Comores, le premier cas de contamination par le coronavirus officiellement enregistré sur le territoire de l’archipel, jusque-là épargné par la pandémie. Il s’agit d’un homme âgé d’une cinquantaine d’années vivant aux Comores mais “ayant côtoyé un ressortissant Franco-comorien qui a séjourné dans le pays à partir du 18 mars”, a annoncé le président comorien Azali Assoumani ajoutant que l‘état de santé du patient “s’améliore progressivement”. L’annonce d’un premier cas de contamination aux Comores fait du petit royaume du Lesotho le seul pays du continent africain encore officiellement épargné par la maladie.
  • A Djibouti, le gouvernement a annoncé jeudi le lancement vendredi d’une campagne de dépistage massif du Covid-19, visant à effectuer 45.000 tests dans les jours à venir en recourant au porte-à-porte. Cette campagne ciblera en priorité “les quartiers populaires dans l’objectif de mesurer la contagion communautaire” et “les personnels essentiels dans les secteurs public et privé”. Selon les dernières données publiées jeudi, le petit pays de la Corne de l’Afrique de près d’un million d’habitants a effectué à ce jour quelque 13.400 tests qui ont permis de détecter 1.089 cas positifs. Deux personnes ont succombé au virus et 642 en ont guéri, toujours selon les autorités.

Le point du jeudi 30 avril

  • Bénin : face au bavure policière en cette période de crise sanitaire, le gouvernement s’indigne et annonce des sanctions.
  • Au Sénégal, reprise progressive des classes à partir du 2 juin, d’abord pour les élèves en classe d’examen, a annoncé mercredi le gouvernement. Les écoles et les universités sont fermées au Sénégal depuis le 16 mars.
  • Au Cameroun, le ministre de l’Enseignement supérieure annonce la resprise des cours à l’université le 1er juin. Les filières à effectifs pléthoriques seront scindées en plusieurs groupes.L’année académique va ainsi s’achever le 30 août et les activités de la prochaine année académique doivent commencer le 15 octobre 2020.
  • En Afrique du Sud et l‘Égypte passent la barre des 5 000 cas contaminés. L’Afrique du Sud compte commencer le 1er mai à assouplir les strictes mesures de confinement adoptées depuis le 27 mars.
  • Au Mali, le gourvenement fait le point sur la situation de lutte contre la pandémie dans le pays. Au cours d’une rencontre interministérielle, les différents ministres ont exposé l’état du dispositif sanitaire mis en place par leurs départements respectifs, ainsi que des contraintes liées à l’optimisation des objectifs du plan national de riposte contre le COVID-19.

Le point du mercredi 29 avril

  • Au Malawi que la justice, une véritable bataille politico-judiciaire sur le terrain de la lutte contre le coronavirus. Saisie par une ONG au lendemain des manifestations, la justice de ce pays d’Afrique australe a ordonné mardi soir la suspension du confinement décrété en mi-avril dernier par le président Mutharika pour faire face au nouveau coronavirus. Et sans attendre l’avis de la cour constitutionnelle qui ne devrait pas se prononcer avant plusieurs semaines selon l’AFP, le chef de l‘État malawite a aussitôt annoncé le lancement d’un programme d’aide exceptionnelle aux plus démunis qui permettra de verser l‘équivalent de 50 dollars américains par mois à environ un million de personnes. Après l’invalidation de la présidentielle de mai 2019, le Malawi pourrait vivre un autre épisode de la séparation des pouvoirs. Scénario rare dans plusieurs pays d’Afrique.
  • Le Tchad rejoint le cercle des pays perdu des citoyens à cause du coronavirus. Dans un de ses communiqués réguliers livrant le bilan de la pandémie de Covid-19, le ministère de la Santé publique liste “02 cas de décès”, sans autre précision, en plus du total de 52 personnes testées positives au SARS-CoV-2 depuis le 19 mars et l’annonce du premier cas.
  • En Guinée équatoriale, trente employés d’une plate-forme pétrolière offshore exploitée par le groupe américain ExxonMobil, ont contracté le nouveau coronavirus, soit près d’un tiers de l’effectif, débarqués et confinés dans la capitale Malabo, a annoncé mardi à l’AFP le ministre du Pétrole de ce petit pays d’Afrique centrale dont les recettes sont constituées à 90% de la vente des hydrocarbures.

Le point du mardi 28 avril

  • En RDC, les autorités de la province du Haut-Katanga ont annoncé le confinement d’une journée mardi pour Lubumbashi et mercredi pour la ville-frontalière de Kasumbalesa dans le bassin minier du sud-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mardi.
  • Le président Abdel Fattah al-Sissi a renouvelé mardi l‘état d’urgence en Egypte pour trois mois en raison de la “situation sécuritaire et sanitaire critique” dans le pays, engagé dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. 
  • Des prisons de trois pays d’Afrique de l’Ouest hantées par le nouveau coronavirus. En Guinée et en Sierra Leone, la présence du nouveau coronavirus a été détectée dans des prisons des deux pays. Au Mali voisin, les autorités ont également fait état du décès « suspect » d’un prisonnier.

Le point du lundi 27 avril

  • Au Burundi, début ce lundi 27 avril de la campagne électorale en vue des élections générales (législatives, locales et présidentielle). Dauphin de Pierre Nkurunziza, le général Evariste Ndayishimié portera les couleurs du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD). Le pays est touché par la pandémie du nouveau coronavirus qui a déjà atteint 11 personnes, parmi lesquelles quatre guérisons et un décès. Des observateurs accusent le gouvernement, notamment le ministère de la Santé de n’avoir pas prescrit pas de mesures spécifiques pour la prévention du covid-19 pendant cette campagne électorale.
  • À l’instar de plusieurs pays africains comme le Cameroun (1er janvier 1960), le Soudan (1er janvier 1956) et le Sénégal (4 avril 1960), le Togo et la Sierra Leone célèbrent leur indépendance en pleine crise sanitaire due au nouveau coronavirus.

Le 27 avril 1960, alors que bien de territoires des anciennes AEF et AOF, confinés dans l’escarcelle française ahanaient encore sous la douleur des affres du colonialisme, le Togo sous l’impulsion du Premier ministre Sylvanus Olympio  proclama son indépendance. La Sierra Leone quant à elle, se libéra du joug britannique le 27 avril 1961.

  • La Guinée a franchi le cap de 1000 cas. « Nous avons enregistré pour la seule journée d’aujourd’hui (dimanche) 98 nouveaux cas, qui font au total 1.094 cas positifs et malheureusement 7 décès », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), l’organe officiel de gestion de l‘épidémie, Sory Keïra.
  • En Afrique du Sud, le ministre sud-africain de la police, Bheki Cele, a présenté dimanche des excuses publiques auprès de la communauté musulmane à la suite de propos “blasphématoires” tenus par un policier à l’encontre de fidèles musulmans interpellés pour infraction aux règles du confinement. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux et authentifiée par la police, on voit des membres des forces de sécurité entrer dans une pièce où prient une vingtaine de personnes, contraintes alors de se mettre à terre.
  • La Guinée-Bissau a enregistré dimanche son premier décès lié au nouveau coronavirus. « Nous venons d’enregistrer un premier cas de décès », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la commission interministérielle de lutte contre le Covid-19, le docteur Tumani Baldé, sans fournir plus de précisions.
  • En Égypte, le Premier ministre Moustafa Madbouli a annoncé dimanche que son gouvernement avait entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) afin d’obtenir une aide financière d’un an, pour affronter la récession due à la pandémie de coronavirus.
  • À quelque 3 000 km de là, le Congo-Brazzaville, lui, est assuré de recevoir une aide de 6,8 milliards de francs CFA (11,3 millions de dollars) de l’Association internationale de développement (IDA) afin de l’aider à faire face au nouveau coronavirus qui a déjà fait 200 cas dont 19 guérisons et 6 décès. Face à cette situation, le gouvernement a dû proroger l‘état d’urgence jusqu’au 10 mai prochain.

Le point du dimanche 26 avril

  • À Djibouti, le nombre de cas multiplié par six. Le ministère de la Santé a indiqué dimanche que le nombre de personnes positives est passé de 168 à 1008. Le taux de prévalence dans le petit État de l’Est est devenu le plus élevé avec 98,6 cas pour 100 000 habitants.
>>> LIRE AUSSI : Coronavirus : spectaculaire hausse des cas à Djibouti
  • Au Nigeria, l‘État de Lagos a rendu le port du masque obligatoire. « Le gouverneur Babajide Sanwo-Olu a proclamé samedi le port du masque obligatoire dans l’Etat » de la mégalopole de 20 millions d’habitants, a déclaré le porte-parole, Gboyega Akosile. Lagos, l’Etat voisin d’Ogun et la capitale fédérale Abuja sont placés depuis fin mars sous confinement total afin d’enrayer la propagation du virus qui a officiellement fait à ce jour 35 morts pour 1.182 cas confirmés au Nigeria, dont 19 morts pour 689 cas à Lagos.
>>> LIRE AUSSI : Coronavirus au Nigeria : Lagos rend le port du masque obligatoire
  • Au Gabon, poursuite de l’opération de « solidarité » avec les populations en cette période de confinement. Après des localités comme Ntoum (près de Libreville), le tour est venu dimanche aux communes d’Owendo et de Libreville d‘être servies par les élus locaux, comme l’a indiqué sur Twitter Noureddin Bongo Valentin, fils aîné du président Bongo et coordinateur des affaires présidentielles. Le pays d’Afrique centrale compte actuellement 176 cas dont 30 personnes guéries et trois décès.

Le point du samedi 25 avril

  • Au Maroc, les autorités pénitentiaires ont décidé de procéder à des tests de dépistage du nouveau coronavirus dans différentes prisons du royaume, alors qu’un total de 270 cas ont été décelés dans un établissement carcéral du sud du pays.
  • En Afrique du Sud, le port du masque sera obligatoire à compter du 1er mai, date du début de l’assouplissement progressif des mesures de restriction dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, a annoncé le gouvernement samedi.
  • Au Cameroun, les autorités ont annoncé samedi avoir enregistré 29 nouvelles guérisons, tandis que dix nouveaux décès ont été déplorés dans le pays le plus touché d’Afrique centrale.
  • Au Kenya, le couvre-feu et l’interdiction des déplacements vers ou en provenance des comtés de Nairobi, Kilifi, Kwale, Mombasa et Mandera ont été prorogés pour une nouvelle durée de 21 jours à compter du 25 avril 2020, a décrété samedi le président Kenyatta.
  • Au Niger, plus de peur que de mal. La première rupture du jeûne du ramadan s’est déroulée dans le calme à Niamey après les émeutes de protestation contre le couvre-feu et l’interdiction des prières collectives, décrétés pour lutter contre la propagation du coronavirus. Mais la tension persiste.
  • Pays le plus touché en Afrique subsaharienne avec 3 953 cas confirmés, dont 75 morts, l’Afrique du Sud entend solliciter auprès du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, une aide financière pouvant atteindre 4,2 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros), afin de faire face à la pandémie du coronavirus, a annoncé vendredi le ministre des Finances. Reste à présent la réponse des deux institutions de Bretton Woods.
  • En RDC, la prorogation de l‘état d’urgence sanitaire par l’Assemblée nationale passe très mal à la gorge de plusieurs habitants de Kinshasa, la capitale. De nombreux Kinois dénoncent en effet l’absence de mesures d’accompagnement comme l’aide alimentaire.

Le point du vendredi 24 avril

  • Au Sénégal, 7e décès enregistré ce jour. Il s’agit d’un homme âgé de 65 ans selon le minsitère de la Santé. Le pays déclare par ailleurs 66 nouveaux cas de contaminations en 24 heures.
  • Au Gabon, l’opération de distribution de kits alimentaires aux personnes vulnérables se poursuit dans le pays.
  • Après un mois de confinement, Madagascar ouvre progressivement les portes des écoles. Les élèves de 3e et terminales sont les premiers à retourner dans les salles de classe. Afin de protéger les élèves contre la pandémie, les parents ont été invités à procurer un masque aux enfants. Les mesures de distanciation physique sont aussi respectées dans certains établissements scolaires. La levée progressive du confinement sur la Grande Île s’accompagne d’une distribution gratuite d’un remède traditionnel, présenté comme préventif et curatif contre la COVID-19 selon le président malgache Andry Rajoelina. Depuis lundi matin, les transports en commun ont repris leur service dans la capitale Antananarivo et à Fianarantsoa (centre) et Toamasina (est).
  • Au Maroc, 133 cas de contamination au nouveau coronavirus ont été décelés parmi les détenus d’une prison du sud du pays, selon un nouveau bilan rendu public jeudi par les autorités pénitentiaires marocaines.
    Ces cas ont été enregistrés à la prison locale de Ouarzazate (sud), après des tests menés sur 309 de ses détenus, a indiqué la direction de l’administration pénitentiaire (DGAPR) dans un communiqué.
  • Au Comores, le président Azali Assoumani a assuré qu’“aucun cas de Covid-19 n’avait été enregistré” dans le petit archipel pauvre de l’océan Indien, contredisant des affirmations de la France, ancienne puissance coloniale. La semaine dernière, l’ex-ministre française Dominique Voynet, patronne de l’agence régionale de santé de Mayotte, île française située à 70 km de l’Union des Comores, avait annoncé que la mort, début avril, du grand mufti des Comores avait été provoquée par une infection au nouveau coronavirus.
  • En RDC, l’État d’urgence prolongé de 15 jours supplémentaires. Décision prise jeudi par le Parlement à la suite d’un vote.

Le point du jeudi 23 avril

  • Tenue ce matin d’une session extraordinaire de la conférence des chefs d’État et de Gouvernement de la Cedeao est prévue par visioconférence pour trouver une solution efficace face à la pandémie dans la sous-région Afrique de l’ouest. “Au regard des nombreux défis sécuritaires et sanitaires du moment, il nous faut inventer de nouveaux mécanismes de fonctionnement et surtout de nouveaux financements pour soutenir nos budgets nationaux et nos économies”, a écrit le chef de l’Etat du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré sur son compte Twitter.
  • En Guinée, Mouctar Diallo, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes testé positif au coronavirus. “Je suis entre de bonnes mains. Ne vous inquiétez pas. J’espère pouvoir vous en dire plus aussi vite que possible”, a-t-il écrit sur sa page Twitter. Officiellement, c’est le quatrième ministre du régime d’Alpha Condé a être testé positif au Covid-19. Ce virus a par ailleurs emporté Sékou Kourouma, ministre secrétaire général du gouvernement dimanche dernier.
>>> LIRE AUSSI : Coronavirus : décès du secrétaire général du gouvernement de Guinée
  • Au Cameroun, les célébrations des éditions 2020 de la fête du travail et de la fête nationale du 20 mai annulées par le chef de l’Etat Paul Biya. Le pays compte à ce jour 1 163 cas confirmés contre 43 décès et 397 personnes guéries.
  • En RDC, retour de 165 Congolais bloqués à Dubai à la suite de la fermeture des frontières pour freiner la propagation de la pandémie. Une fois débarqués à l’aéroport, ces voyageurs sont passés par le contrôle de routine lié au Coronavirus. Juste après, ils ont été amenés dans des hôtels réservés par le gouvernement où ils doivent passer 14 jours, indique une dépêche de la primature.
  • À Madagascar, des militaires en uniforme, mais sans arme, font du porte-à-porte dans les ruelles de la capitale Antananarivo. Au programme : distribution gratuite à des habitants du Covid-Organics, une tisane faite à base d’artemisia et de plantes médicinales malgaches pour lutter contre le nouveau coronavirus, selon le président malgache Andry Rajoelina. Même si Madagascar n’a pas reçu l’aval de l’OMS avant le lancement de ce produit lundi 20 avril dernier, M. Rajoelina se réjouit déjà du soutien apporté par certains dirigeants africains à l’instar de son homologue congolais Félix Tshisekedi.
  • Au Botwsana, deux responsables du ministère de la Santé limogés en pleine pandémie par le président Mokgweetsi Masisi. “Son excellence le président a relevé de leurs fonctions, avec effet immédiat, le secrétaire permanent du ministère de la Santé, M. Solomon Sekwakwa, et le secrétaire permanent adjoint du même ministère, Dr. Morrison Sinvula”, a déclaré le porte-parole gouvernemental, Andrew Sesinyi, dans un communiqué sans donner de raison de ce licenciement. Cette décision intervient en pleine période d‘état d’urgence et de confinement pour endiguer la propagation du coronavirus, avec 20 cas signalés dans le pays et un décès.
  • Au Mali, malgré les difficultés et les menaces liées à la pandémie , UNHAS, le service aérien humanitaire des Nations Unies continue de fournir des vols essentiels à la communauté humanitaire pour atteindre les plus vulnérables.
  • Au Maroc, près de 142.000 entreprises marocaines, soit 57% des sociétés recensées, ont déclaré avoir arrêté définitivement ou temporairement leurs activités à cause de la pandémie du nouveau coronavirus, selon une enquête officielle publiée mercredi.
  • Au Niger, allègement du couvre-feu dans la capitale Niamey. Le conseil des ministres a pris les mesures complémentaires ci-après : le renforcement des mesures de contrôle en ce qui concerne l’isolement de la ville de Niamey, l’assouplissement des horaires du couvre-feu à Niamey qui sont désormais fixées de 21h00 à 05h00 du matin (20h00 et 04H00 GMT).

Le point du mercredi 22 avril

  • En Afrique du Sud, la ministre des Communications, prise en flagrant délit de violation du confinement anti-coronavirus pour avoir participé début avril à une fête chez des amis, a reconnu sa culpabilité et payé une amende, a appris l’AFP mercredi auprès de source judiciaire. Stella Ndabeni-Abrahams avait déjà été suspendue de ses fonctions pour deux mois, dont un sans traitement, par le président Cyril Ramaphosa. Elle a plaidé coupable et payé une amende de 1.000 rands (environ 49 euros), selon les services du procureur national. Elle a aussi été citée à comparaître le mois prochain devant un tribunal.
  • Le Gabon poursuit sa campagne de dépistage massif de la population lancé le 17 avril dernier. Le pays compte à ce jour 156 cas positifs , dont un décès et 16 guérisons.
  • En RDC, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila échangent sur la crise sanitaire qui prévaut dans le pays et ailleurs dans le monde. Selon les sites locaux rapportant des informations de la presse présidentielle, la rencontre tenue mardi 21 avril a permis aux deux hommes de lancer un appel à la cohésion nationale dans ce combat pour endiguer le coronavirus. L‘état d’urgence décrété par le chef de l‘État Félix Tshisekedi expire dans 48h. Depuis le 10 mars, le coronavirus fait 25 morts sur les 359 cas officiellement recensés.
  • Au Maroc, plus de 60 cas de contamination dans la prison de Ouarzazate au sud au pays, a indiqué la direction des prisons du royaume, annonçant que des tests de dépistage étaient en cours pour tous les pensionnaires au sein de l‘établissement.

Le point du mardi 21 avril

  • En Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa a annoncé mardi un “énorme plan de soutien” économique et social d’un montant de 24,4 milliards d’euros pour soutenir les entreprises et les personnes les plus vulnérables confrontées à la pandémie.
  • Au Sénégal, La police sénégalaise a annoncé l’interpellation dans la nuit de lundi à mardi de 74 jeunes d’un quartier populaire de Dakar pour violation du couvre-feu instauré contre le COVID-19. “Ils sont 74 jeunes de la Médina à avoir été interpellés entre 20H00 et 06H00 pour non respect du couvre-feu. Ils traînaient dans la rue”, a déclaré à l’AFP un responsable de la police.
  • Au Niger, dix manifestants écroués dans une prison de haute sécurité près leur arrestation lors de violentes manifestations à Niamey contre le couvre-feu et l’interdiction des prières collectives pour lutter contre la propagation du coronavirus au Niger, a indiqué mardi la police.
  • En Sierra Leone, le président Julius Maada Bio se met en quarantaine après avoir été en contact avec un de ses gardes du corps ait été testé positif au COVID-19, selon une déclaration de son porte-parole. M. Maada Bio devrait désormais travailler à domicile selon la présidence qui rassure qu’aucun membre de sa famille n’a montré de symptômes liés au virus. La Sierra leone comptabilise à ce jour 43 cas de personnes testées positives au COVID-19, avec six guérisons et aucun décès. Le président Maada Bio Julius devient le deuxième dirigeant africain qui connaît un isolement, après Eric Keabetswe Masisi du Botswana. Ce dernier a été placé en isolation le 21 mars pour quatorze jours avoir assisté à la prestation de serment de son homologue namibien Hage Geingob en Namibie. À l‘époque, son pays n‘était pas encore infecté, alors que la Namibie enregistrait déjà trois cas.
>>> LIRE AUSSI : Botswana : le chef de l’Etat Mokgweetsi Masisi placé en quarantaine
  • Au Nigeria, des centaines de garçons font la queue en attendant de monter dans des bus qui les emmeneront loin de Kano. Après avoir noté leur nom et pris leur température, la grande ville du nord du Nigeria évacue ces enfants des rues pour se protéger du coronavirus. 
  • Madagascar : contre l’avis de l’OMS, le président Andry Rajoelina a lancé lundi son médicament contre le nouveau coronavirus. Il s’agit du Covid-Organics élaboré par l’Institut malgache des recherches appliquées (IMRA). Ce traitement présenté sous forme d’une tisane est à “la fois préventif et curatif composé d’artemisia et de plantes médicinales malgaches”.
  • Au Ghana, le confinement imposé depuis trois semaines a été levé lundi. Le chef de l’Etat Nana Akufo-Addo a assuré que grâce à une importante augmentation des capacités de dépistage, la traçabilité des personnes en contact avec les malades et l’ouverture de nouveaux centres de quarantaine, le pays était en mesure de retrouver un semblant de vie quotidienne.

Le point du lundi 20 avril

  • Au Cameroun, le président Paul Biya fait un don d’une valeur de 2 millards de F CFA. L’annonce a été rendue publique lundi par Paul Atanga Nji précise, ministre de l’Administration territoriale (Minat). La pandémie du coronavirus a déjà touché plus de 1000 personnes dans 9 des 10 régions du pays. Seule la région de l’Extrême Nord résiste à la maladie.
  • Le Ghana a mis fin lundi à un confinement de trois semaines dans deux régions clés car cette mesure a de “graves” conséquences pour les plus pauvres et les opérations de test se sont améliorées, a déclaré le président Nana Akufo-Addo. Le chef de l’Etat a annoncé la levée des restrictions à la liberté de mouvement dans la capitale Accra et dans la région de Kumasi, dans une allocution télévisée dimanche soir. Il encourage néanmoins la population à porter un masque pour aider à juguler l‘épidémie. Le Ghana a fait état jusqu‘à présent de 1.042 cas confirmés de contamination au nouveau coronavirus, dont neuf morts.
  • Madagascar : le confinement imposé dans les trois principales villes du pays pour contenir la pandémie de coronavirus sera progressivement levé dès lundi matin, a annoncé dimanche le président Andry Rajoelina, qui a également présenté son “remède” contre la maladie.
  • La Tunisie prépare une levée progressive du confinement après le 3 mai. L’annonce a été faite dimanche par le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh. Le déconfinement “ciblé et progressif” se fera selon trois paramètres, a indiqué M. Fakhfakh: les secteurs économiques les plus cruciaux seront relancés, et les restrictions de sorties seront adaptées selon l‘âge des personnes et le nombre de cas dans chaque région, a-t-il indiqué sans plus de précision. Pour lutter contre la propagation du COVID-19, le pays a mis place un confinement général depuis le 22 mars.
  • Au Sénégal, le port du masque est désormais obligatoire durant la période de l‘état d’urgence prévu pour durer au mois jusqu’en début mai, indique un arrêté du ministère de l’Intérieur publié dimanche soir.
  • Au Zimbabwe, le président du Emmerson Mnangagwa a annoncé dimanche la prolongation pour deux semaines, jusqu’au 3 mai inclus, du confinement national imposé au pays pour enrayer la pandémie de coronavirus. Selon le dernier bilan des autorités, 25 cas de contamination par le COVID-19, dont trois mortels, ont été officiellement enregistrés dans le pays.

Le point du dimanche 19 avril

  • En Guinée, le secrétaire général du gouvernement guinéen, un proche du président Alpha Condé, est décédé après avoir contracté la maladie du Covid-19 qui a tué “plusieurs hauts cadres de l’Etat” en Guinée, a annoncé dimanche le gouvernement guinéen dans un communiqué.
  • Au Mali, les populations se sont rendues aux urnes, malgré la présence du nouveau coronavirus qui a déjà touché 216 personnes dont 41 guéries et 13 décédées.
  • En RDC, le port de masque a été rendu obligatoire à Kinshasa, la capitale. Ainsi en a décidé le gouverneur de la plus grande ville d’Afrique francophone, Gnetiny Ngobila. La mesure prendra effet dès le lundi 20 avril.
  • Et qui dit que des prophètes n’avaient pas déjà prédit l’arrivée du nouveau coronavirus ? Dans un entretien avec Deon Meyer, l’AFP révèle que l‘écrivain sud-africain avait fait dans un ouvrage de fiction paru il y a quatre ans des « prémonitions embarrassées » sur le coronavirus. « Quatre ans après la sortie du livre en Afrique du Sud, se replonger dans les détails de son scénario fait froid dans le dos », écrit l’agence française.

Le point du samedi 18 avril

  • Au Burkina Faso, l’important chef traditionnel sahélien, Ousmane Amirou Dicko, émir du royaume de Liptako, à cheval entre le Burkina, le Mali et le Niger, a appelé samedi à une trêve humanitaire pour éviter la propagation du coronavirus dans une région en proie aux violences jihadistes et intercommunautaires.
  • Au Nigeria, week-end noir à la présidence de la République. Le directeur de cabinet et principal conseiller du chef de l’État nigérian Muhammadu Buhari, Abba Kyari est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir contracté le nouveau coronavirus.
  • En Guinée équatoriale, une infirmière a été placée en détention préventive à Malabo pour délit de « violation de secrets » après avoir affirmé que l’hôpital où sont isolés et traités les malades du nouveau coronavirus n’a pas d’oxygène. « Le ministère public a sollicité la prison préventive contre la présumée auteure du délit de violation de secrets, Mme Nuria Obono Ndong Andem », a indiqué jeudi le tribunal de première instance dans son ordonnance, que l’AFP a pu consulter vendredi. Inculpation vivement contestée par des ONG et des partis de l’opposition qui demandent sa libération « sans condition ».

Le point du vendredi 17 avril

  • Au Nigeria, plus de 140 personnes ont été présentées devant un tribunal de l’Etat d’Ogun, qui jouxte la capitale économique nigériane, Lagos. Ces prévenus sont accusés de meurtre, cambriolages et violences de rue pendant le confinement imposé pour tenter d’enrayer la propagation du coronavirus, a annoncé la police.
  • Au Cameroun, Paul Biya a reçu dans son palais, l’ambassadeur Christophe Guilhou. C’est la première apparition publique du chef de l‘État camerounais depuis des semaines.
  • En Afrique du Sud, un magnat des mines a été arrêté et déféré devant la justice pour avoir ordonné à ses employés de reprendre le travail en dépit du confinement anti-coronavirus, a-t-on appris de source policière.

Le point du jeudi 16 avril

  • Au Nigeria, la police est accusée d’avoir tué 18 personnes pour non-respect des mesures inhérentes au confinement décrété pour faire face au nouveau coronavirus qui a déjà touché et 407 personnes et tué 12 autres alors que plus de 128 patients ont déjà recouvré leur santé.
  • En Libye, le gouvernement reconnu par la communauté internationale a annoncé un confinement général sur toute l‘étendue du territoire, du moins dans la zone qu’il contrôle. « Pendant le confinement, les hypermarchés seront fermés, mais les boutiques et commerces de proximité resteront ouverts entre 5 h 00 et 10 h 00 GMT », indiquait le communiqué instituant la mesure. Le pays d’Afrique compte 48 cas dont 11 malades guéris et un décès.
  • Le Sénégal a pour sa part prolongé la suspension de tous les vols à destination ou au départ du pays qui compte 314 cas dont 190 guéris et seulement deux morts. Des chiffres grâce auxquels le pays d’Afrique de l’Ouest fait exception en Afrique et même mieux que certains d’autres continents en matière de lutte contre le Covid-19.
     

Le point du mercredi 15 avril

  • Le Congo-Brazzaville a enregistré 43 nouveaux cas jeudi, a annoncé l’OMS. C’est vraisemblablement le chiffre le plus élevé depuis le premier cas détecté en mi-mars dernier. Le pays d’Afrique centrale compte désormais 117 personnes touchées par le virus pour 10 cas guéris et 10 décès.
  • Et sur la rive gauche du fleuve du Congo, les autorités ont déclaré « craindre le pire » à Kinshasa où l‘épidémie de Covid-19, qui a fait jusqu‘à présent 21 morts dans le pays, « entre dans une phase de croissance exponentielle », dans un communiqué parvenu mercredi à ‘AFP.
  • Le président de la Commission de l’Union africaine a exprimé son regret suite à la suspension par les États-Unis de leur contribution à l’OMS. « La décision du gouvernement américain de suspendre sa contribution financière à l’OMS est profondément regrettable », a déclaré Moussa Faki Mahamat sur son compte Twitter.
  • Le FMI a approuvé mardi soir des aides d’urgence de 230 millions de dollars (137,6 milliards de francs CFA) pour le Burkina Faso et le Niger, afin d’aider ces pays sahéliens pauvres à affronter la pandémie de coronavirus.
  • En Afrique du Sud, les autorités ont annoncé avoir renforcé le dispositif pour traquer dans les médias et sur les réseaux sociaux les fausses informations qui circulent sur la pandémie de coronavirus.

Le point du mardi 14 avril

  • En Afrique du Sud, la Banque centrale baisse à nouveau ses taux d’intérêt. Elle a annoncé mardi une nouvelle baisse de son taux d’intérêt de base afin d’atténuer l’impact désastreux de la pandémie de coronavirus sur l‘économie du pays, dont elle prévoit un recul de -6,1% cette année. La réduction de 100 points, la deuxième en moins d’un mois, “fait passer le principal taux à 4,25%”, a précisé l’institution dans un communiqué.
  • L‘Éthiopie et les Nations unies ont ouvert mardi une plate-forme de transport humanitaire à l’aéroport d’Addis-Abeba pour acheminer des fournitures et des travailleurs humanitaires à travers l’Afrique afin de lutter contre le coronavirus. La plate-forme d’Addis-Abeba est l’une des huit plates-formes humanitaires mondiales mises en place pour faciliter l’acheminement de l’aide dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, selon le PAM.
  • En Guinée, le port du masque désormais obligatoire. “Tout contrevenant sera empêché de circuler et une taxe de désobéissance civile de 30.000 francs guinéens (2,8 euros) sera infligée”, a déclaré le président guinéen Alpha Condé. Toutes les entreprises, tous les ministères et toutes les ONG nationales et internationales ont été invités à fournir des masques à leurs employés d’ici à samedi.
  • Au Gabon, le confinement de Libreville et de trois communes limitrophes a débuté lundi dans la sous la surveillance des forces de l’ordre. Le confinement annoncé vendredi dernier par le gouvernement va durer quinze jours. le pays compte à ce jour cas 57 confirmés de COVID-19.
  • Le roi Mohammed VI du Maroc plaide pour une initiative africaine dans la lutte contre le COVID-19. Le souverain marocain s’est entretenu lundi 13 avril avec les présidents Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire et Macky Sall du Sénégal.
  • Au Nigeria, le confinement a été prolongé pour deux semaines dans les régions les plus touchées du pays, dont l’Etat de lagos, afin de contrôler la propagation du virus.Depuis le 31 mars, les Etats de Lagos,d’Ogun et d’Abuja ont du adopter des mesures strictes de restriction de mouvement, et ont fermé leurs frontières.
  • 19 pays africains pauvres bénéficient d’un allègement immédiat de la dette du FMI. La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a déclaré que la mesure concernait des pays membres au titre du fonds fiduciaire réaménagé d’assistance et de riposte aux catastrophes (fonds fiduciaire ARC).
  • Au Soudan, le gouvernement a décrété lundi un couvre-feu total de trois semaines à compter de samedi dans la capitale Khartoum et ses environs, après avoir enregistré la plus importante augmentation du nombre de cas de nouveau coronavirus dans le pays. Le ministère de la Santé a annoncé lundi 10 nouveau cas de maladie Covid-19, soit la plus importante progression à ce jour, ce qui porte le total des personnes infectées à 29. Les décès recensés officiellement sont à ce jour de quatre.

Le point du lundi 13 avril

  • En RDC, une opération de désinfection des lieux publics a été lancé diamanche à Kinshasa. Pendant dix jours, les pompiers vont assainir plus de 2900 hectares en réponse à l‘épidémie de COVID-19. Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars en RDC, le pays a enregistré 235 cas confirmés de coronavirus avec 20 décès, d’après le dernier bilan officiel.
  • En Afrique du Sud, quatre policiers arrêtés pour participation présumée à un trafic d’alcool, au moment où la vente d’alcool et de cigarettes est interdite, dans le cadre des mesures de lutte contre le coronavirus. Plusieurs débits de boisson fermés ont été pillés en Afrique du Sud depuis l’entrée en vigueur le 27 mars du confinement de 21 jours décrété par le président Cyril Ramaphosa, prolongé jeudi jusqu’au 30 avril.
  • Le Maroc multiplie les initiatives d’aide aux plus démunis. Le pays déploie dans l’urgence des aides financières avec des systèmes de paiement inédits. Les premiers bénéficiaires ont retiré la semaine écoulée de l’argent dans des distributeurs bancaires après avoir reçu un SMS, grâce à un dispositif spécial mis sur pied par les autorités avec l’aide des banques locales.
  • En Côte d’Ivoire, Didier Drogba propose son hôpital comme centre de dépistage du coronavirus. La légende du football africaine a présenté dimanche l’hôpital Laurent Pokou (du nom de l’ancien international décédé en 2016) au préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irie.

Le point du dimanche 12 avril

  • Au Maroc, livraison des vivres aux mères célibataires dans la ville de Casablanca, la capitale économique. L’association Insaf prévient les bénéficiaires quelques minutes à l’avance par téléphone. Le rendez-vous est pris dans une rue, près de leur domicile.
  • En Egypte, la police arrête une douzaine de villageois refusant l’inhumation d’une femme morte du nouveau coronavirus, par crainte d‘être contaminé, selon une source sécuritaire. La victime, médecin de 65 ans, a finalement été inhumée samedi dans son caveau familial à Chobra al-Bahou, un village du Delta du Nil.
  • Au Liberia, le confinement décrété par le président George Weah est peu respecté. Le Liberia de 4,8 millions d’habitants, a, à ce jour, recensé 37 cas de nouveau coronavirus, mais pas de décès.
  • Au Niger, port du masque obligatoire dans la capitale Niamey.
    Le pays totalise depuis le 19 mars 491 cas de coronavirus dont 11 décès, selon un bilan du ministère de la Santé publié samedi.
  • Depuis quelques jours à Canton, dans le sud de la Chine, des Africains dénoncent de nombreuses discriminations après plusieurs cas positifs au nouveau coronavirus parmi la communauté nigériane. L’Union africaine a fait part samedi à la Chine de sa préoccupation et convoqué l’ambassadeur chinois à l’UA.

Le point du samedi 11 avril

  • Au Sénégal, la ville de Dakar va distribuer des denrées alimentaires à sa population. La municipalité a acheté et remis 400 tonnes de riz, et des milliers de packs de sucre, de savon, de gels et de produits nettoyants aux maires des 19 communes qui composent la ville de plus d’un million d’habitants. Et dans la même lignée, le chef de l’Etat Macky Sall a réceptionné le 11 avril les vivres pour la lutte contre le coronavirus au Port de Dakar.
  • Au Gabon, le président Ali Bongo invite à nouveau ses citoyens via les réseaux sociaux au respect des règles d’hygiène dans la lutte contre la propagation du coronavirus.
  • En Angola, Plus de 250 médecins cubains sont arrivés vendredi à Luanda pour aider les autorités angolaises à combattre l‘épidémie de nouveau coronavirus. A ce jour, le pays a enregistré 19 cas confirmés de Covid-19, dont deux décès.
  • Au Kenya, des blessés lors d’une distribution de vivres dans le quartier pauvre de Kibera. La police selon des témoins aurait fait iusage de gaz lacrymogène blessant plusieurs personnes.
  • Au Nigeria, une équipe de professionnels de la santé chinoise est arrivée dans le pays, avec du matériel médical d’une valeur d’environ 1,5 million de dollars. Le pays compte plus de 280 cas confirmés de coronavirus et six décès. La faiblesse de son système de santé la rend particulièrement vulnérable.

Le point du vendredi 10 avril

  • Au Congo, le gouvernement annonce gratuité de l’eau et l‘électricité pour les ménages durant la période de confinement.
  • En Afrique du Sud, le président et les membres du gouvernement ont accepté de donner un tiers de leur salaire pour soutenir le fonds national de lutte contre les coronavirus. Le confinement a été prolongé pour deux semaines.
  • Le Ghana prolonge le confinement dans les deux plus grandes villes du pays à savoir la capitale Accra et Kumasi.
  • Pour lutter contre le COVID-19, le Burundi s’en remet à Dieu. Fort de cette protection divine, le gouvernement a décidé qu’il n’y aurait pas pour le moment de mesures pouvant porter atteinte “au bon fonctionnement de la vie normale des citoyens”.
  • La pandémie de coronavirus s’accélère. L’OMS s’inquiète d’une pénurie de moyens de lutte en Afrique, dont un nombre très restreints de lits en soins intensifs et d’appareils respiratoires.
  • Le port du masque a été rendu obligatoire dans plusieurs nations comme Bénin, le Maroc, le Cameroun, la Côte d’Ivoire…
  • Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie (confinement, couvre-feu…). Les autorités par la même occasion déploient la police dans les rues des grandes métropoles pour faire respecter les consignes données.
  • Afin de maintenir une continuité de l’enseignement malgré l‘épidémie de COVID-19, l‘école en direct à la télévision dans plusieurs pays tels que le Sénégal, le Congo, le Cameroun, l’Angola… Des programmes faisant office de cours sont proposés aux enfants temporairement confinés chez eux.
>>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez l‘évolution de la pandémie en Afrique