Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mozambique – Contentieux électoral : la requête de l'opposition rejetée, risques de violences

Mozambique – Contentieux électoral : la requête de l'opposition rejetée, risques de violences

Mozambique

Pour le Conseil constitutionnel mozambicain, la Résistance nationale du Mozambique (RENAMO) n’a pas fourni de preuves « suffisantes » pour obtenir l’annulation des élections d’octobre dernier. Le parti d’opposition redoute la résurgence des violences, malgré un accord de paix avec le pouvoir.

Dans un communiqué publié sur son site, le Conseil constitutionnel du Mozambique a récemment rejeté la requête en annulation des élections générales (provinciales, législatives et présidentielle) du 15 octobre dernier.

D’après la commission électorale, le président sortant Felipe Nyusi et son parti le Front de libération du Mozambique (FRELIMO) ont remporté toutes ces élections.

Des résultats aussitôt contestés par la RENAMO qui, après avoir conclu un accord de paix avec le pouvoir avait introduit une requête en annulation au Conseil constitutionnel.

>>> LIRE AUSSI : Mozambique : l’opposition appelle à l’annulation des élections

Seulement voilà. « Le requérant n’a pas fourni de preuves suffisantes à l’appui de sa demande », a déclaré l’institution judiciaire.

Verdict qui passe mal au sein de la RENAMO. Le parti d’opposition redoute ainsi une éruption de violences dans le pays de nature à faire voler en éclats l’accord de paix avec le régime en place.

>>> LIRE AUSSI : Mozambique : l’opposition répète sa promesse de désarmer malgré le contentieux électoral

« Si l’on veut sauver le Mozambique, les élections doivent être annulées », a déclaré Ossufo Momad, président de la RENAMO à la télévision, avant d’ajouter que son parti avait respecté l’accord de paix jusqu‘à présent. Se félicitant de ce que son parti a respecté l’accord, M. Momad a  appelé au respect de la volonté du peuple.

« Nous n’accepterons pas qu’un petit groupe de personnes modifie la volonté du peuple mozambicain ».

Des déclarations qui rappellent les violences, notamment de la part d’un groupe dissident d’anciens combattants de la RENAMO, qui ont organisé des attaques dans les régions du centre.

Voir plus