Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Liberia : le parti de Weah remporte une législative partielle après une campagne violente

Liberia : le parti de Weah remporte une législative partielle après une campagne violente

Libéria

Le parti du président libérien Georges Weah a remporté le siège de député en jeu lors de l‘élection législative partielle organisée mercredi dans un disctrict de Monrovia, a annoncé jeudi la commission électorale nationale (NEC), après une campagne marquée par des violences pré-électorales.

Le candidat de la Coalition pour le changement démocratique (CDC, pouvoir), Abu Bana Kamara, est déclaré vainqueur après avoir obtenu 49,2% des voix contre 38,9% pour l’opposante Tellia Urey, a annoncé jeudi la NEC

Mme Urey a reconnu sa défaite et félicité son rival à cette législative partielle où elle était la candidate d’une coalition de quatre partis d’opposition, The Collaborating Political Parties (CPP). 

La législative partielle de mercredi, dans le district 15 du comté de Montserrado, qui inclut Monrovia, s‘était d’abord tenue le 29 juillet, en même temps qu’une sénatoriale partielle, pour un siège, remportée par un candidat de l’opposition.

Après contestation des résultats de la législative partielle par Mme Urey, la commission électorale a ordonné qu’un nouveau vote soit organisé mercredi dans 20 des 94 bureaux de vote du District 15, concernant 8.515 des 39.005 électeurs que compte le Comté.

Des violences pendant la campagne

La campagne pour ces élections a été marquée par des violences, dont une attaque le 17 août contre une réunion des partisans de Mme Urey par des supporters du CDC de George Weah au cours de laquelle la voiture de la candidate d’opposition a été détruite sous les yeux de la police, qui n’est pas intervenue. Mme Urey a aussi affirmé qu’un des partisans de Georges Weah avait tenté de la poignarder.

Mme Urey est une des quatre filles du magnat des télécoms Benoni Urey, qui a dirigé le Bureau des Affaires maritimes sous l’ancien chef de guerre et président Charles Taylor (1997-2003) et qui a été battu lors de la présidentielle de 2017 par George Weah.

Des sénateurs libériens se sont alarmés de la montée des violences politiques dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, dressant un parallèle avec celles qui avaient fini par plonger le Liberia dans une guerre civile particulièrement atroce de 1989 à 2003.

AFP

Voir plus