Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ouganda : une saison favorable aux activités agropastorales

Ouganda : une saison favorable aux activités agropastorales

Ouganda

Dans le nord-est de l’Ouganda, les pasteurs Karimajong ont une raison de sourire. Leurs troupeaux ont l’air en bonne santé et très forts.

La saison des pluies a apporté beaucoup de pâturages et d’eau dans cette région principalement connue pour ses conditions arides.

‘‘ll y a de l’eau maintenant, mais elle ne restera pas au début de la saison sèche. Nous avons demandé l’agrandissement de ce barrage ou la construction d’un nouveau barrage’‘. À déclaré Lomilo Lokuny, un pasteur.

 Dans quelques semaines, cette végétation luxuriante se transformera en terre brûlée et nue. Les longues périodes de sécheresse imputables au changement de climat ont aggravé les conditions de vie des pasteurs et ont durement affecté l’élevage bovin.

Le journaliste Ronald Kato d’africanews explique que la pression que vivent les éleveurs ne se limite pas qu’aux changements climatiques.
 
‘‘Mais il n’y a pas que le changement climatique qui préoccupe les gens d’ici. Ces dernières années, ils subissent de plus en plus de pression pour adopter un mode de vie plus stable. En outre, les pratiques d’utilisation des terres à Karamoja ont changé, cédant la place à de nouvelles industries telles que l’exploitation minière et l’agriculture. Les pasteurs ont également été accusés d’avoir alimenté les conflits avec les agriculteurs.’‘

Une campagne est en cours pour dissuader les éleveurs d’abandonner les activités agropastorales au profit de l’agriculture. U

De nombreuses autorités nationales et locales ont ouvertement exprimé leur opposition à l‘élevage et ont cherché à contenir les mouvements à la recherche d’eau et de pâturages pendant la saison sèche.

Napaja Andrew Keem, est responsable du gouvernement local

 ’‘S’installer est une très bonne idée, mais cela fonctionnera dans les zones disposant de suffisamment de ressources pour le bétail. Et cela ne fonctionnera que dans les zones où la terre est suffisante pour tout le monde’‘.

Mais sans les conditions météorologiques et les infrastructures nécessaires pour soutenir l’agriculture, les activistes estiment que le pastoralisme reste la seule forme de subsistance résiliente pour la région et que les éleveurs doivent être laissés libres de toute mobilité.

‘‘La limitation de la mobilité rendra ou empêchera la pratique du pastoralisme car la mobilité est le facteur de production essentiel.’‘ Explique Simon Peter Longoli, du Forum de développement du Karamoja.

Karamoja a combattu des décennies de sous-développement. Aujourd’hui, les militants et les pasteurs craignent qu’une politique gouvernementale négative et le changement climatique ne soient conspirateurs pour mettre fin à un mode de vie propre à ses habitants.

 

Voir plus