Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Deuxième jour de désobéissance civile au Soudan

Deuxième jour de désobéissance civile au Soudan

Le deuxième jour du mouvement de désobéissance civile lancé par la contestation au Soudan a été marqué par la coupure d’internet.

Les lignes de connexion internet terrestres ont été coupées à Khartoum lundi, plongeant la capitale soudanaise dans un “trou noir” digital une semaine après la coupure de l’internet mobile dans le cadre de la répression orchestrée par l’armée. Plusieurs autres villes du pays sont touchées selon l’AFP.

Même si certains commerce ont pu ouvrir, les rues de Khartoum et de nombreuses autres localités sont pour la plupart restées désertes.

“Bien sûr, la désobéissance civile nuit au pays, mais elle est encore nécessaire à ce stade. Les gens ont beaucoup souffert, et s’ils ne le font pas, la révolution est perdue”, a indiqué Mohamed Salem, un habitant de Khartoum.

Les hôpitaux sont les structures les plus touchées par cette opération ville morte, à cause des barricades installées pour contrer les attaques surprise des services de sécurité.

“Certains employés se sont plaints, ils ont du mal à se rendre au travail, en raison du blocage des routes par des barricades. Ils se sont également plaints des coûts élevés du transport. Nous demandons donc à ceux qui ont bloqué les routes avec des pierres de les ouvrir pour aider les patients. Parfois, ces derniers ne parviennent pas à se rendre dans les établissements de santé”, a déclaré Mohamed Al-Tom, un responsable du ministère de la Santé.

Le Conseil militaire de transition au pouvoir au Soudan a annoncé lundi soir l’arrestation au sein des forces régulières de plusieurs personnes à la répression sanglante du sit-in de la contestation devant le QG de l’armée le 3 juin à Khartoum.

Dans un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle Suna, les généraux au pouvoir précisent qu’une enquête avait été ouverte et a abouti à ces arrestations, ajoutant que ces personnes seraient présentées à la justice dans les plus brefs délais.