Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Athlétisme : malgré la polémique, Semenya impressionnante sur le 800 m de Doha

Athlétisme : malgré la polémique, Semenya impressionnante sur le 800 m de Doha

Afrique du Sud

<p><strong>La Sud-Africaine Caster Semenya a survolé vendredi le 800 m dames du meeting de Doha, première étape de la Ligue de diamant, deux jours après l‘échec devant le <span class="caps">TAS</span> de son recours contre les nouvelles règles de la Fédération internationale visant les athlètes hyperandrogènes.</strong></p> <p>La double championne olympique, qui n’a été ajoutée à la liste de départ que jeudi matin, a battu le record du meeting en 1 min 54 sec 98 en devançant une autre athlète hyperandrogène, la Burundaise Françine Niyonsaba (1 min 57 sec 75), et l’Américaine Ajee Wilson (1 min 58 sec 83). </p> <p>“Il s’agit d’inspirer le monde, a déclaré la Sud-Africaine âgée de 28 ans. C’est plus qu’un jeu, plus que du sport. Il s’agit de dignité humaine, de fierté humaine. Les gens me combattent, je ne les combats pas.”</p> <p>“La course a été fantastique et j’ai fait ce que j’avais à faire. Je suis vraiment heureuse. Je pense que je suis dans ce monde pour une raison, nous vivons une vie ennuyeuse, on doit donc profiter de chaque instant de notre vie”, a ajouté la triple championne du monde. </p> <p>Le Tribunal arbitral du sport (<span class="caps">TAS</span>) a débouté mercredi Semenya de son recours contre le nouveau règlement de la Fédération internationale (<span class="caps">IAAF</span>) obligeant les athlètes hyperandrogènes, comme elle, à faire baisser leur taux de testostérone sous le seuil de 5 nmol/L de sang.</p> <p>L’<span class="caps">IAAF</span> a indiqué que les athlètes concernées ont jusqu’au 8 mai pour faire baisser ce taux à l’aide d’un traitement si elles veulent participer aux compétitions internationales du 400 m au mile (1609 m), notamment aux Championnats du monde d’athlétisme à Doha (27 septembre-6 octobre).</p> <p>Le règlement ne s’est donc pas appliqué au meeting de Doha, qui constituait l’une des dernières occasions pour les athlètes hyperandrogènes de concourir sans avoir à se conformer à la nouvelle législation.</p>
Voir plus