Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Laurent Gbagbo, de la présidence à la CPI

Côte d'Ivoire

<p><strong>Si la Cour pénale internationale peut confirmer son aqcuittement de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo devrait recouvrer sa liberté. Entre temps, voici comment il est arrivé à la <span class="caps">CPI</span>.</strong></p> <p>Reportée en 2005, c’est finalement 5 ans plus tard qu’aura lieu l‘élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Un scrutin presqu’au forceps puisqu’il ne sera organisé qu’après plusieurs accords de paix signés dans différentes capitales africaines. </p> <p>Alassane Ouattara, candidat du <span class="caps">RHDP</span>, est déclaré vainqueur de l‘élection face au président sortant Laurent Gbagbo, par la Commission électorale indépendante, avec 54.10% des voix. Mais ce résultat ne sera pas validé par la Cour Constitutionnelle qui proclame ses propres résultats. Consacrant la victoire de Laurent Gbabgbo avec 51 , 45 % des voix. </p> <p>« Moi en représentant le peuple de Côte d’Ivoire je ne manque de respect à personne parce que je ne veux pas que quelqu’un nous manque de respect », clamait Laurent Gbagbo. </p> <p>Le pays bascule alors dans une crise post-électorale qui fera au moins 3 000 morts selon l’<span class="caps">ONU</span>. Le 11 avril 2011 après huit mois de violences, Alassane Ouattara est déclaré président élu, cette fois-ci par la Cour constitutionnelle alors que Laurent Gbagbo, capturé par les forces pro-Ouattara est conduit à la Cour pénale internationale (<span class="caps">CPI</span>) après un séjour à Korhogo au Nord. </p> <p>C’est le 30 novembre 2011 que l’ancien président arrive à la prison de Scheveningen. Il est poursuivi pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre.</p> <p>Lors de sa première audition dite de confirmation des charges le 5 décembre de la même année, il dit avoir été démis de ses fonctions sous les bombes françaises.</p> <p>Les avocats de l’ex-homme fort d’Abidjan ont toujours demandé l’ouverture des poursuites contre des proches de l’actuel chef de l‘État ivoirien, dénonçant une justice « à deux vitesses », mieux une justice de vainqueurs.</p> <p>En attendant, Abidjan a promis de ne plus envoyer ses concitoyens à la <span class="caps">CPI</span>. Laurent Gbagbo reste à ce jour, le seul président africain a avoir séjourné dans les géôles de Scheveningen.</p>
Voir plus